-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Allégations de détournement des aides aux sahraouis: Du fake news

Allégations de détournement des aides aux sahraouis: Du fake news

Une fois de plus des accusations infondées au sujet de prétendu détournement de l’aide humanitaire de l’Union européenne (UE) aux réfugiés sahraouis sont remises sur le tapis dans une tentative inespérée de détourner l’opinion internationale de la question juste du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Pourtant, ces tentatives sont de vrais fake news et des coups d’épée dans l’eau, estime-t-on dans les milieux diplomatiques européens
L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani, a dans une mise au point au journal « The Brussels Times » au sujet des allégations colportées par l’eurodéputée frontiste, Dominique Bilde, sur le détournement de l’aide humanitaire, dénoncé ces informations infondées, qui ne font que « détourner l’attention de l’occupation illégale du Sahara occidental et du droit légitime du peuple sahraoui à l’autodétermination ».

S’appuyant sur des rapports officiels et les réponses données par les plus hauts fonctionnaires de l’UE, l’ambassadeur a rappelé la déclaration de l’actuel commissaire à la gestion des crises de l’UE, Januz Lenarcic, qui a confirmé début juillet le contrôle rigoureux de l’aide dans les camps des réfugiés sahraouis.

Lenarcic avait déclaré devant la Commission du développement de l’UE que l’Union a mis en place des mesures de suivi et de contrôle très solides à tel point que certains de ses partenaires lui reprochaient de rendre difficile le travail avec ses services.

Concernant la question du recensement « surestimé » des réfugiés, avancés par la députée Bilde et également souvent avancée par Rabat, l’ambassadeur a rappelé qu’un recensement a déjà été établi en 2018 par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le HCR avait publié un rapport sous le titre « Réfugiés sahraouis à Tindouf, Algérie : population totale dans les camps », dont la principale conclusion était que « le nouveau chiffrage de la population s’établit à 173.600 réfugiés sahraouis dans les cinq camps de Tindouf, au 31 décembre 2017 ».

Le diplomate a souligné que « Sur la base de ces chiffres, le taux différentiel entre les estimations de 2007 et les nouveaux chiffres du HCR représente une progression de presque 40% »Comme le rapport en question l’indique clairement, l’équipe de la mission d’experts multisectorielle impliquant, le HCR, l’UNICEF, le PAM et plusieurs ONG internationales, a eu « un accès complet » aux sites et aux informations demandées, qu’elle a répertoriés de façon « indépendante ».

L’ancien commissaire européen en charge de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Christos Stylianides, a également pris note de cette mise à jour à la hausse du nombre de réfugiés sahraouis, dans une réponse parlementaire du 2 juillet 2019, précisant que « l’aide humanitaire de la Commission n’est ni fournie ni contrôlée par une quelconque autorité politique [le Front Polisario et l’Algérie, ndlr] ».

Par ailleurs, M.Belani a précisé que « la mise en œuvre de ce volet relatif au recensement n’a de sens que dans le cadre de la convocation effective d’un référendum visant à permettre au peuple du Sahara occidental d’exercer son droit légitime à l’autodétermination ».

Les allégations diffamatoires de l’eurodéputée frontiste, Dominique Bilde, ont été précédées par une campagne de désinformation enragée menée par certains titres de la presse marocaine, dont l’agence officielle Maghreb Arabe Presse (MAP), faisant état d’un détournement par le Front Polisario et l’Algérie de l’aide humanitaire accordée chaque année par l’Union européenne aux réfugiés sahraouis dans les cinq camps de Tindouf.

Ces allégations de détournement de l’aide humanitaire de l’UE, qui remontent à mars 2015, ont été balayées d’un revers de main, en 2015 puis 2016 par l’ex-commissaire européenne chargée du budget, Kristalina Georgieva, qui a affirmé que « les accusations de détournement de l’aide humanitaire de l’Union européenne destinée aux camps des réfugiés sahraouis à Tindouf sont injustes ».

Elle avait indiqué qu’en janvier 2016, la Commission européenne a effectué 24 missions de suivi et de contrôle durant l’année 2015 dans les camps des réfugiés sahraouis à Tindouf, afin d’assurer l’utilisation la plus efficace des financements de l’UE.

Le dossier de décolonisation du Sahara occidental, le dernier sur le continent africain, fait toujours l’objet d’intenses efforts des Nations-unies et aussi de plusieurs pays, à leur tête l’Algérie pour organiser des négociations directes, franches et loyales entre le royaume du Maroc et le Front Polisario, afin d’ouvrir la voie au processus de décolonisation à travers un référendum d’autodétermination.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email