-- -- -- / -- -- --
Nationale

Aliment du bétail : Sim Sanders inaugure son usine à Aïn Defla

Aliment du bétail : Sim Sanders inaugure son usine à Aïn Defla

Le wali de Ain Defla, Kamel Abbas, l’ambassadeur de France à Alger, Bernard Emié, le PDG du groupe Sim, Abdelkader Taieb Ezzraïmi et le DG de Sanders France, Eric Philipe, ont procédé mardi dernier dans la zone industrielle d’Aïn Defla à l’inauguration de l’usine Sim Sanders Algérie spécialisée en la fabrication des aliments pour le bétail.

Ce partenariat a été qualifié par le diplomate français d’exemplaire entre le groupe Sim et le groupe Avril, dont Sanders est une filiale. Cette usine est dotée de la toute la dernière technologie de niveau international et est d’une capacité de production de 150 000 tonnes par an d’aliments pour bétail.

Nous apprenons d’un autre côté, de la bouche du PDG du groupe Sim que ce dernier outil industriel aura également pour mission de booster la production du lait et de la viande, mais aussi de contribuer à la réduction des importations. Interrogé sur les attentes de ce partenariat, Abdelkader Taieb Ezzraïmi nous répond : « Nous sommes intéressés par le développement de ce partenariat. En ce qui concerne ce développement, nous sommes depuis 21 ans avec les équipementiers français.

Nous allons nous atteler également à tenter de réduire la facture des importations. Nous envisageons ensuite d’investir dans le cheptel et les abattoirs de haute technologie et de grande capacité. » Quant à l’ambassadeur de France il dira à propos de cette association : « Je suis très heureux d’être ici pour l’inauguration de cette usine très spectaculaire et très moderne d’aliments pour bétail, qui est le résultat d’un partenariat de long terme, d’un partenariat de confiance et d’un partenariat gagnant-gagnant.

C’est une très belle opération qui s’inscrit parfaitement dans la volonté gouvernementale algéro-française, de construire des partenariats structurants et de long terme. » Revenant sur la fameuse loi 51 / 49, le patron du groupe Sim a été plus que catégorique lors de son discours devant les responsables algériens et français. « Pour nous, cette histoire de 51/49 ne pose aucun problème et à nos partenaires non plus d’ailleurs. C’est une ancienne histoire qui ne nous empêche pas d’avancer. »

Des projets en vue sont également évoqués par Taieb Ezzraïmi à savoir la réalisation de deux autres usines similaires, l’une à l’est et l’autre à l’ouest du pays, afin d’assurer la disponibilité permanente, et en tous lieux, des aliments destinés aux différents élevages, aliments issus de la recherche et du développement des deux partenaires. Ezzraïmi exhorte d’autres investisseurs, français notamment, et d’autres opérateurs économiques algériens à suivre l’exemple d’investir dans l’agriculture.

« Nous émettons le souhait que ce partenariat puisse servir de locomotive et incite d’autres opérateurs à investir dans l’agriculture, secteur hautement sensible et indispensable à la sécurité alimentaire de notre pays » dira Taïeb Ezzraïmi. Rappelons que cette usine a vu le jour en un temps record. Les négociations ont débuté en 2011et quatre ans après, l’entreprise fonctionne. L’investissement de ce partenariat a été évalué à 1,3 milliard de DA équivalent à 11 millions d’euros. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email