-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ali Laskri et Mohand Amokrane Chérifi exclus du FFS

Ali Laskri et Mohand Amokrane Chérifi exclus du FFS

La session extraordinaire du Conseil national du FFS parallèle a entériné l’installation d’un comité de coordination provisoire sous la supervision du député de Bejaia Mehenna Hadadou, qui se chargera de la préparation du congrès national ordinaire du parti, dont la date n’a pas été fixée.
Hadadou a été chargé de coordonner le travail avec les autres membres du parti en « vue d’arrêter la date de l’organisation, dans les plus brefs délais, du congrès », indique un communiqué.
Au cours de cette rencontre, « la confiance a été retirée aux trois membres sur cinq représentant l’Instance présidentielle du FFS » à savoir Ali Laskri, Mohand Amokrane Chérifi et Meziani pour « mauvaise gestion et dilapidation des deniers du parti », ainsi que pour « la politique d’exclusion et de marginalisation » et « la gestion unilatérale suivie jusque-là par ces trois membres ».
A l’issue des travaux de cette session extraordinaire, les membres du conseil national ont appelé à « intensifier les efforts et l’action en associant tous les militants pour l’organisation d’un Congrès national inclusif et démocratique ». 
Réagissant aux actes de violence ayant émaillé la réunion du conseil national de son parti, prévue pour samedi dernier,s le coordinateur de l’Instance présidentielle du FFS, Ali Laskri, dénonce un « groupe de baltaguias sans aucun lien organique avec le parti », l’accusant d’avoir empêché la tenue de cette session qui devait, selon lui, renforcer le soutien du parti à « la révolution citoyenne » et adopter, sur le plan organique, une feuille de route pour l’organisation du prochain congrès du parti. Dans une déclaration adressée à la presse, le coordinateur de l’Instance présidentielle du FFS accuse des « forces hostiles à la position du parti en faveur du mouvement citoyen » d’être derrière cette agression qu’il qualifie de « criminelle ». Face à ce coup de force, le parti décide de porter plainte contre « les auteurs des dégradations et leurs commanditaires », et reporte la prochaine session extraordinaire du conseil national à une date ultérieure, tout en frappant de nullité toute rencontre, toute nomination, « non conformes aux statuts du parti » et toute décision n’émanant pas de l’Instance présidentielle dans sa majorité, conformément aux statuts du parti.
Enfin, le FFS appelle l’ensemble de ses structures locales et l’ensemble de ses militants à s’organiser et à s’unir « face a ces manœuvres de déstabilisation » qui, selon le responsable du parti, ne visent qu’« à neutraliser le parti dans son combat politique aux côtés de la population pour le triomphe de son projet politique, l’élection d’une Assemblée nationale constituante pour l’avènement de la deuxième République », conclut Ali Laskri. Pour rappel, des militants et cadres du parti, venant de différentes wilayas, avaient organisé au siège du parti un rassemblement pour dénoncer « la politique d’exclusion » suivie par certains dirigeants du FFS à l’encontre des militants et cadres du parti.
Le coordinateur de l’instance présidentielle, Ali Laskri, a été chassé du siège national du parti, investi par des centaines de militants en colère. Il a été contraint de quitter le siège du parti sous les « dégage » des militants.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email