-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ali Haddad placé en détention provisoire

Ali Haddad placé en détention provisoire

L’ex-patron des patrons algériens Ali Haddad, homme d’affaires proche l’ex-Président Abdelaziz Bouteflika, a été placé en détention provisoire tard dans la nuit de mardi à mercredi par le juge d’instruction du tribunal de Bir Mourad Rais.
Le nouveau locataire de la prison de Koléa, qui a été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche près du poste-frontalier avec la Tunisie Oum Tboul, a été auditionné par le juge d’instruction peu après sa présentation au procureur de la République en titre du tribunal de Bir Mourad Rais, Zerrouk Abbas.
L’enfant d’Azzefoun, fondateur et PDG du Groupe ETRHB Haddad, et président du Forum des chefs d’entreprises du 27 novembre 2014 au 28 mars 2019, a été interrogé suite aux graves accusations portées contre lui au cours de l’enquête préliminaire, entre autres tentative de transfert illégal de capitaux vers l’étranger, faux et usage de faux dans des documents administratifs et officiels, à savoir les deux passeports trouvés en sa possession.
Deux employés de la daïra de Bir Mourad Rais ont été également écroués par le juge d’instruction pour avoir délivré, à titre de complaisance, les documents objets de la confiscation. Ces derniers sont par ailleurs poursuivis pour abus de confiance et corruption. 
Ali Haddad, classé par Forbes dans le top 5 des personnalités les plus riches d’Algérie, a pu, en un court laps de temps, constituer une fortune colossale estimée à plusieurs milliards en dinars et en devises et ce, après avoir bénéficié de grandes facilités dans l’octroi de crédits bancaires. 
Placé en garde à vue après avoir été intercepté, tôt dans la matinée de dimanche dernier, par les services de sécurité au poste frontalier d’Oum Tboul, Ali Haddad a été présenté au procureur de la République d’El Kala en début d’après-midi.
Son audition a débuté à 14h10 pour s’achever un quart d’heure plus tard, avant que le magistrat instructeur ne décide d’ordonner le transfert manu militari du puissant homme d’affaires à Alger pour y être entendu de nouveau par le parquet de Sidi M’hamed, mais pour d’autres affaires dans lesquelles il est impliqué.
Le procureur d’El-Kala, Yazid Habbab, a retenu contre le mis en cause l’accusation d’infraction au code des changes, le prévenu ayant été arrêté en possession de 4 500 euros et de 100 dollars américains en plus de 410 000 dinars algériens, qu’il n’avait pas déclarés aux douaniers.
Un policier affirme que ses collègues et lui-même n’avaient aucune raison de s’opposer au passage de l’oligarque vers la Tunisie. « Nous avons traité ce passager et son compagnon (le chauffeur d’Ali Haddad) comme tous les autres usagers du poste. N’ayant pas été destinataire de l’ISTN dont tout le monde parle aujourd’hui, nous avons tout normalement apposé le cachet de sortie sur les documents de voyage des deux passagers et ce n’est qu’après que les douaniers eurent donné l’alerte que le branle-bas a commencé avec la fouille du véhicule à bord duquel ils se trouvaient, à 3h30 du matin précisément », rapporte cet agent de la PAF qui a requis l’anonymat.
Il y a lieu d’indiquer qu’Ali Haddad a passé la nuit de dimanche à lundi sous bonne garde dans les geôles de la sûreté de daïra de la petite ville côtière.
Cela alors que tout le monde croyait qu’il avait été transféré vers la capitale, Alger, le jour-même. En fait, a-t-on appris plus tard, les éléments de la Gendarmerie nationale avaient convenu, avec leurs collègues de la Sûreté nationale et ceux du CTRI, de faire semblant d’évacuer le prisonnier afin de le soustraire à la colère de la foule, qui avait pris d’assaut le siège du tribunal. Il convient de signaler que l’avocat Khaled Bourayou représentera Ali Haddad devant les instances judiciaires. Le dossier d’Ali Haddad sera probablement remis lors des prochains jours à l’un des juges d’instruction du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed pour mener l’enquête judiciaire. 
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email