-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ali Benflis tient son pari

Ali Benflis tient son pari

Le congrès constitutif du parti « Talaiou El Houriyet » (l’avant-garde des libertés), le parti de AliBenflis, se tiendra finalement les 13 et 14 juin à l’hôtel Hilton. 2500 congressistes y prendront part alors que les responsables du parti avaient axé sur la présence de 8000 personnes. Auparavant, cinq congrès régionaux Oran, Béchar, Constantine, Ouargla et Blida ont été organisés.

Les comités de préparation des assises sont présents dans 1 250 communes, à travers les 48 wilayas et dans l’émigration. Ali Benflis a été empêché de tenir son congrès à la Coupole du complexe olympique Mohamed Boudiaf et à la salle Harcha. Des arguments peu convaincants ont été mis en avant par les responsables de ces deux enceintes sportives pour justifier leur refus.

Dix mois après avoir annoncé la création de son propre parti, Ali Benflis s’apprête à entrer dans l’arène du débat politique, même si son chef est présent médiatiquement sur les sujets d’actualité. Benflis a indiqué que son parti se définit comme « un parti démocratique » et répond, selon lui, à « une demande large », exprimée par des citoyens dans les différentes wilayas qu’il a eu à visiter lors de la campagne présidentielle d’avril 2014. « Ma démarche sera de faire dans le strict respect des lois de la République », a-t-il promis.

La motivation ayant conduit Benflis à créer un parti politique est la situation inédite et d’une extrême gravité qui caractérise la situation interne du pays : « Elle n’est ni acceptable ni tolérable » se permet-il de préciser. Selon lui, la situation actuelle exige une réaction patriotique de toutes les forces politiques et sociales soucieuses des intérêts vitaux de notre grand peuple et de sa grandeur. « Il s’agit d’une résistance populaire qui doit s’exprimer.

C’est dans cet esprit que j’ai appelé et que je renouvelle aujourd’hui mon appel à un grand rassemblement patriotique au service de la République », a-t-il tenu à dire. Ali Benflis compte faire de son parti ce dont a rêvé le regretté Boudiaf. Il s’agit de doter le pays d’un parti puissant et rassembleur qui en tiendra les rênes pour les trente ans à venir.

« Le pouvoir actuel et les partis gravitant autour de lui sont pour le moment incapables de faire leur propre mue pour répondre aux attentes du peuple et s’adapter au changement que connaît le monde qui nous entoure », dit-il. Selon lui, seule une alternative démocratique peut apporter ce changement. Le ministère de l’Intérieur a donné son agrément, pour la création du parti politique Talaia El Houriat ».
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email