-- -- -- / -- -- --
Digital Space

Algérie Télécom met les points sur les «i»

Algérie Télécom met les points sur les «i»

Réagissant à la polémique suscitée par la rencontre tenue récemment par une association regroupant des chefs d’entreprises télécoms, le directeur opérationnel d’Algérie télécom à Constantine, M. Mohamed Imoussaine, n’a pas lésiné sur les mots, accusant l’un des chefs d’entreprises d’être à l’origine de cette sortie médiatique « pour faire du chantage à l’opérateur public».

Balayant d’un revers de manche tous les propos tenus lors du point de presse des entrepreneurs, il assurera au passage que le chef d’entreprise en question et non moins président de l’association, qui ne compte en fait que « deux ou trois entrepreneurs », selon ses dires, à l’origine de la polémique a été plusieurs fois mis en demeure pour l’achèvement des travaux d’un chantier qui traine depuis 2018 et dont le taux d’avancement a à peine atteint les 20%.

Il a tenu à préciser qu’une quinzaine d’entreprises créées dans le cadre de l’Ansej dont deux appartiennent à des femmes sont des partenaires d’Algérie télécom à Constantine, défiant ainsi ce qui a été diffusé au début du mois au siège de l’Acetec, l’association en question.

Auxquels propos a réagi, M. Ali Zerdazi, Divisionnaire technique à la direction générale d’Algérie télécom, venu assister à une journée de formation, en invitant les chefs d’entreprise à l’origine de la tenue de la conférence de presse de l’Acetec à se rapprocher de la direction générale afin de tenter de régler les problèmes en suspens dont certains ont été soulevés lors du point de presse. Le haut cadre précisera, en outre, que l’opérateur public veut constituer un « écosystème » composé d’entreprises de qualité qualifiées, dans le cadre de partenariats gagnant-gagnant.

Ces déclarations ont été faites en marge d’une journée de formation sur les nouvelles technologies des télécommunications au profit des journalistes abrité par l’Ecole des télécoms de Constantine.

Le directeur opérationnel n’a pas aussi manqué de relever au cours de ses interventions, une affaire en justice opposant actuellement l’opérateur public à Cosider, l’entreprise en charge de l’extension du tramway de Constantine dans sa deuxième tranche au niveau de la ville nouvelle Ali Mendjli où à l’entrée de l’agglomération des dégâts causés par le chantier des travaux publics ont quasiment détruit tout le réseau des télécoms. M. Imoussaine a qualifié de 100% la proportion des dégâts dans cette partie de la ville, où près de 34 000 abonnés sont à satisfaire.

Au cours de la rencontre, un exposé descriptif sur les différentes étapes de réalisation et d’installation des équipements basés sur la nouvelle technologie de communication s’appuyant sur la fibre optique a été présenté par Sofiane Aïnouche, cadre de l’entreprise, dépêché de la direction générale pour la circonstance. Ce dernier a expliqué que la modernisation du réseau, entamée en 2009, a pour but de réduire graduellement la proportion du réseau en cuivre au profit de celui de la fibre optique. Une stratégie ayant connu une accélération significative en 2017, dira l’orateur, devra aboutir à offrir du haut débit pouvant atteindre jusqu’à 100 mégaoctets à la seconde, via la système FTTH ( de l’anglais Fiber to the Home, ce qui signifie Fibre optique jusqu’au domicile), type de réseau de télécommunications physique qui

permet notamment l’accès à internet à très haut débit et dans lequel la fibre optique se termine au domicile de l’abonné par l’intermédiaire d’une demi-douzaine d’installations transitoires.

L’on apprend ainsi qu’un OLT (L’Optical Line Termination) placé à une demi-douzaine de kilomètres d’une zone habitée, peut desservir entre 15 000 et 17 000 abonnés. Le terminal pourra par la suite via la fibre optique être relié à plusieurs PBO (points de branchement optique) qui permettront la connexion pour 500 à 800 abonnés. Un exposé suivi d’une présentation pratique en laboratoire mis en place au niveau de l’école d’Algérie télécom. Un appareillage présenté comme étant de dernière génération a permis aux présents de mieux saisir le processus mis en place dans les nouvelles installations de l’opérateur devant remplacer celles « vétustes devenues désuètes dont une bonne partie date des années 1980 », précise le cadre.

Ainsi, l’opérateur des télécoms tente d’y remédier aux anciennes installations en optant pour deux solutions, la première consiste à renouveler et à placer la fibre optique sur le réseau jusqu’au quartier ce qu’il est désigné par le système FTTC puis le système FTTB permettra une connexion jusqu’aux pieds des immeubles avant de passer, a-t-on tenu à préciser, au 100% en FTTH, où le réseau constitué exclusivement de fibre arrivera jusqu’au domicile de l’abonné.

Par ailleurs, selon le directeur régional, Pour le plan d’action établi pour la période 2020 à 2024, 71 sites avec 35 000 accès seront déployés à travers la wilaya de Constantine. Le responsable explique aussi que depuis le début de l’opération de modernisation du réseau et son remplacement par celui basé sur la fibre optique, seules 9 900 points dont la majorité se situe dans des localités plus ou moins éloignées sur les 100 000 que compte la wilaya n’ont pas encore été modernisés, se voulant rassurant, il dira qu’ils « le seront d’ici la fin de l’année en cours », ce qui fait dire au divisionnaire que Constantine a été gâté sur ce point, puisque, ajoutera-t-il, après Alger, le choix a été porté sur la capitale de l’Est pour le renouvellement des installations.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email