Algérie-Pologne: Des relations économiques à renforcer – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Algérie-Pologne: Des relations économiques à renforcer

Algérie-Pologne:  Des relations économiques à renforcer
Le directeur de PAIH, Maciej Klosac, à coté de M. l'ambassadeur de Pologne et Maciej Pawlowski

Avec un volume d’échanges commerciaux modeste et limité à certains produits, les relations économiques entre l’Algérie et la Pologne sont appelées à être renforcées en vue de favoriser l’émergence d’un environnement de partenariat diversifié et surtout fiable. Et ce ne sont pas les segments qui manquent entre les deux pays. L’Algérie est, cependant, considérée comme un potentiel fournisseur de pétrole pour la Pologne.

L’Algérie est en passe de devenir le fournisseur de plusieurs pays européens en pétrole et en gaz. Le pays se présente, en effet, comme une alternative au gaz russe pour plusieurs pays européens. Après l’intérêt exprimé par plusieurs européens pour le pétrole et gaz algériens, la Pologne affiche, à son tour, son intérêt pour les produits énergétiques algériens. Le pays est considéré comme un potentiel fournisseur pour la Pologne en pétrole.

C’est ce qu’a affirmé, l’ambassadeur de Pologne en Algérie, en marge d’une rencontre organisée, lundi soir, à la résidence de l’ambassadeur de Pologne à Alger, à la veille du Forum économique algéro-polonais, qui devrait conforter la reprise des relations économiques entre les deux pays.

Dans un contexte marqué par la crise russo-ukrainienne, qui a engendré une crise énergétique en Europe, la Pologne, qui est à la recherche d’une alternative au pétrole et au gaz russe, pourrait acheter du pétrole et du gaz d’Algérie. C’est ce qu’a fait savoir  l’ambassadeur de Pologne en Algérie, Witold Czeslaw Spirydowicz.

«L’Algérie est parmi les pays ciblés pour devenir un fournisseur potentiel de pétrole pour la Pologne», a-t-il indiqué, affirmant que la question est en discussion.

En outre, l’ambassadeur est revenu sur les relations économiques entre les deux pays, à l’occasion du Forum économique algéro-polonais, tenu à Alger et les 25 et 26 mai à Annaba, marqué par la participations d’une mission économique composée de huit entreprises activant dans divers domaines.

«Cette mission économique polonaise en Algérie revient après trois années d’absence, en raison de la crise sanitaire», a précisé l’ambassadeur, lequel a signalé la symbolique de cette année, qui marque les 60 ans des relations diplomatiques entre les deux pays. C’est donc une reprise des relations économiques entre les deux pays, mais qui restent loin du potentiel existant.

«Le potentiel n’est pas exploité. Les deux pays sont capables de développer beaucoup plus leur relation économique», a indiqué M. Witold Czeslaw Spirydowicz, lequel a souligné la nécessité, pour la partie algérienne, de diversifier son offre d’exportation. Un rôle que doit jouer l’ambassadeur d’Algérie à Varsovie.

Un partenariat profitable aux deux pays
Le diplomate a néanmoins évoqué la place qu’occupe l’Algérie pour ses partenaires polonais. «L’Algérie est notre premier partenaire économique de la Pologne en Afrique. Le pays a récemment dépassé l’Egypte et l’Afrique du Sud», a-t-il noté, signalant, cependant, le volume modeste des échanges qui reste en déca des potentialités des deux pays.

Ce dernier est en effet estimé à 600 millions d’euros, ce qui est plutôt positif pour la partie polonaise qui est le grand fournisseur de l’Algérie en poudre de lait. Ce pays de l’Europe de l’Est importe de l’Algérie essentiellement du phosphate, un domaine où la coopération bilatérale est possible, d’autant que la question a été discutée entre le ministre algérien de l’Energie et des Mines qui a récemment reçu le diplomate.

Interrogé sur l’intérêt que portent les entreprises polonaises à l’investissement en Algérie, le diplomate, qui a fait savoir que son pays était un grand fournisseur de Volkswagen Algérie en pièces détachées automobiles, a estimé qu’il était nécessaire d’instaurer  une stabilité juridique et de lever tous les obstacles bureaucratiques qui ont, a-t-il noté, dissuadé un promoteur qui avait l’intention de réaliser un grand projet pharmaceutique à Oran. Selon lui, les changements déclarés dans les discours doivent être concrétisés sur le terrain, affirmant, au demeurant, qu’il plaçait un grand espoir et sa confiance dans les autorités actuelles en Algérie.

De son côté, Maciej Pawlowski, représentant en Algérie de l’Agence polonaise de l’investissement et du commerce , est revenu sur la perspective des entreprises de son pays d’aller vers de nouveaux marchés, notamment au Maghreb, dont l’Algérie qui est perçu dans la sphère économique polonaise comme un «marché intéressant», évoquant la possibilité d’augmenter les échanges commerciaux.

 » Notre agence est disposée d’accompagner à la concrétisation autant de projets qui soutiendront sérieusement le développement économique et garantiront un partenariat profitable aux deux pays qui sont amis depuis 60 ans », a-t-il dit.

Pour ce qui est de l’investissement, il estime qu’il y a de bonne perspectives, notamment dans le secteur des énergies renouvelables. Il a, en outre, souligné la disponibilité de son pays à accompagner l’Algérie dans sa nouvelle vision d’augmenter les niveaux de production nationale.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email