CAN 2023: Algérie Burkina Faso (2-2) un nul aux forceps – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Sports

CAN 2023: Algérie Burkina Faso (2-2) un nul aux forceps

CAN 2023: Algérie Burkina Faso (2-2) un nul aux forceps

Un nul salvateur . Qui maintient en vie les Verts. Qu’ils doivent en grande partie à l’opportunisme et à la rage de Bounedjah qui signe à l’occasion un doublé. La qualification étant pratiquement dans les cordes, le boulot devant être toutefois terminé contre la Mauritanie.

L’équipe nationale algérienne est-elle vraiment devenue un livre ouvert sur lequel on peut lire les yeux fermés ? Hubert Velud, le coach du Burkina Faso, peut-être pour déstabiliser son confrère Belmadi, déjà sous haute pression depuis le nul contre l’Angola (1-1) en ouverture de la phase de groupe « D », l’a dit ouvertement.

En d’autres mots. A la mi-temps, il ne pouvait que jubiler et se convaincre qu’il ne pouvait qu’avoir eu raison, juste avant que l’arbitre sud—afrricain, Tom Abongile, ne renvoie les 22 acteurs pour la pause-citrons.

Quand, justement, son attaquant, Konaté (45emn) s’éleva plus haut que tout le monde, à la l’extrême limite du hors-jeu, pour placer une tête victorieuse et installer un terrible coup de froid dans le camp algérien après utilisation de la VAR.

Contre toute attente, les Etalons, adoptant d’entrée une attitude prudente et décidant de laisser carrément le ballon aux Verts (un peu plus de 60 % possession contre 40 %), jouent presque à l’économie, en procédant par des contres pour certains dangereux avant cette « absence » coupable sur l’ouverture du score sur laquelle le dernier rempart, Mandréa, n’y pouvait rien.

Dans ce choc du groupe « D » qui a vu les deux teams se regarder indéfiniment dans les yeux, en prenant le minimum de risques avant la douche froide signée Konate qui a scié les jambes des camarades de Bounedjah qui va, la seconde mi-temps à peine lancée, voir ses efforts (indiscutablement le meilleur Algérien sur le terrain) récompensés ( 52e ) en rétablissant l’équilibre suite à un coup franc suivi d’un indescriptible cafouillage conclu par le centre-avant qui n’avait qu’à mettre le pied et pousser le cuir au fond des filets. Une réalisation venue au bon moment.

Dans un petit moment fort burkinabé en plus. A l’image de cette occasion de deuxième but qui aurait plié le match. Ce n’est toutefois que partie remise parce que la rencontre bascule de nouveau en faveur des Etalons qui, pour la seconde fois, vont remercier la VAR en bénéficiant d’un penalty (72emn) sur une faute d’Ait-Nouri sur Kaboré dans sa surface de réparation.

Chargé d’exécuter la sentence, Bertrand Traoré, sans trembler, fait mouche et redonne l’avantage au siens. A 2-1, les choses se corsent pour le capitaine Mahrez (remplacé dans la foulée) et ses camarades au bord de la rupture et accusant mal ce coup du sort après un début de 2e mi-temps plutôt rassurant.

Terrible scénario pour des Fennecs bloqués psychologiquement. Comme tétanisés, les vieux démons de Japoma remontant subitement à la surface, la qualification aux 8es semblant remise en cause. Même si la partie n’était pas encore finie, un exploit toujours possible.

Qui viendra au bout du bout, dans le temps additionnel (95+5), Bounedjah, encore lui, décidant de s’en remettre à sa tête d’or et faire revenir son équipe de l’enfer.

A 2-2, la bande à Belmadi est de retour en vie et peut, sauf accident de parcours imprévisible, croire à un succès contre le maillon faible du groupe, la Mauritanie (mardi 23 Janvier à 21H00) et composter, avec cinq points au compteur, son billet pour le prochain tour. Si, bien sûr, les Mourabitounes n’en décidaient pas autrement.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email