-- -- -- / -- -- --
Nationale

Alger vecteur de paix et de stabilité dans la région

Alger vecteur de paix  et de stabilité dans la région

La position géostratégique de l’Algérie faitd’elle un pays leader dans la région. Considérée comme le pivot du Maghreb etincontournable dans la résolution des conflits au Sahel, l’Algérie joue le rôle d’intermédiaire, parfois même de sauveur face aux situations chaotiques que les pays voisins, à l’image de la Libye et du Mali, ont vécu et continuent de vivre présentement.

Les armes de l’ex-armée libyenne qui circulent librement, les groupes séparatistes qui veulent leur indépendance, comme c’est le cas au nord du Mali, et les réseaux de narcotrafiquants qui soutiennent le terrorisme sont autant de situations critiques auxquelles fait face l’Algérieet qui menacent l’unité des pays de la région, voire redéfinissent toute la géopolitique de la région avec la création de nouveaux Etats. C’est dans ce contexte de crise et d’instabilité qui règne dans les régions du Maghreb et du Sahel que l’Algérie a développé deux approches clés pour parer à toute éventualité.

Ainsi, la première consiste à faire bouger son « arsenal » diplomatique afin d’élaborer une stratégie régionale et globale à même de venir en aideaux pays en difficulté, à l’image du Mali et de la Libye, et de trouver une issue politique aux crises politico-sécuritaires qui ravagent ces pays depuis 2011. Fidèle à ses principes, l’Algérie privilégie la résolution pacifique des conflits dans les pays voisins afin de renforcer leur unité et d’empêcher toute intervention militaire.

Face à la crise malienne, l’Algérie a toujours appelé à une solution politique. Ces appels vont être entendus par le gouvernement malien et par les six groupes politico-militaires du Nord, à savoir le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA), le Coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut-Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et, enfin, le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), l’aile dissidente.

Ainsi, après des mois de tractations et de concertation, Alger a réussi à réunir les belligérants autour de la même table. Les pourparlers se sont concrétisés par la signature de deux documents : la feuille de route des négociations et l’arrêt des hostilités.

Cette démarche constitue un grand pas en avant pour la concrétisation de la paix dans ce pays.La diplomatie algérienne s’est retrouvée sur tous les fronts, usant d’une politique qui allie sécurité et stratégie.C’est ce qui a permis à l’Algérie de devenir une force majeure dans la région et, surtout, d’être sollicitée par les pays voisins en crise, ce qui lui a valu l’éloge de la communauté internationale.

La contrebande, base arrière du terrorisme

La seconde approche de la politique prônée par l’Algérie est l’éradication des groupuscules terroristes qui activent dans la région du Sahel et dans le sud du pays. Ceci passe inéluctablement par l’assèchement des principales sources de financement, comme la contrebande.

Dans ce cadre, l’Armée nationale populaire(ANP) mène depuis des mois des opérations dans le sud du pays, quise sont soldées par l’arrestation d’une centaine de contrebandiers etla récupération d’une importante quantité de carburant, d’armes et de diverses marchandises. Il convient de noter que le terrorisme et la contrebande ont tissé, dans la région du Sahel notamment, d’étroits liens que l’Algérie œuvre à défaire grâce à une politique mêlant « le soft et le hard power ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email