"Alger, mère capitale" en débat au CCA de Paris – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

« Alger, mère capitale » en débat au CCA de Paris

« Alger, mère capitale » en débat au CCA de Paris

Le Centre culturel algérien à Paris organise le 15 septembre prochain, une rencontre littéraire avec Geneviève Buono autour de son ouvrage « Alger, mère capitale ». Cet ouvrage qui, dans un subtil mélange d’autobiographie et de fiction, a su conquérir le cœur des lecteurs, les transportant à la fois dans un univers émerveillant et terrifiant suite aux crimes causés par le colonialisme.

Dans « Alger, mère capitale », les pages se dévoilent comme un kaléidoscope de souvenirs, plongeant les lecteurs dans une époque révolue mais toujours vibrante dans les mémoires. L’auteure nous embarque de la librairie Charlot d’Alger jusqu’aux rues pittoresques de Sour El-Ghozlane, en passant par Blida et Tigzirt. À travers les mots de Geneviève Buono, se dessine un panorama poignant et complexe d’un monde disparu.

Au cœur de ce récit, une gamine intrépide croisée avec un poète kabyle en pleine période où Albert Camus prône la trêve civile. Dans un geste de confiance, la jeune fille partage avec le poète ses rêves de créer des contes et des poèmes. Ainsi, la trame narrative se tisse autour de cette rencontre improbable, enchevêtrant les aspirations individuelles et les enjeux sociopolitiques de l’époque.

Les lecteurs se sont exprimés avec éloquence sur cette œuvre qui touche l’âme de l’Algérie. L’auteure devient le miroir d’une nation à la fois meurtrie et résiliente. Les mots de Geneviève Buono sont imprégnés d’un amour profond pour l’écriture, en particulier la poésie, le théâtre, les contes et les nouvelles. Cette passion transparaît dans chaque page de l’ouvrage, offrant aux lecteurs une mosaïque de genres littéraires magnifiquement tissés.

Les critiques soulignent l’atmosphère solaire et lumineuse qui imprègne le livre. Les fleurs, les fruits et les parfums semblent se répandre des pages, transportant les lecteurs dans les parfums envoûtants de l’Algérie. L’œuvre de Geneviève Buono devient ainsi une fenêtre ouverte sur ce pays aux multiples facettes, reflétant la diversité et la richesse de son peuple.

C’est en effet dans l’Algérie des années 50-60 que nous invite l’auteure. Par les yeux d’une petite fille. Avec des échanges avec sa grand-mère, contes à la manière de ou issus des souvenirs de ceux racontés par les parents, incarnation dans un de ses amis kabyle qui nous offre un autre angle sur les évènements, poésies recréés d’après les déclamations d’un poète kabyle défenseur de l’oralité.

Geneviève Buono a grandi dans l’Algérie d’avant l’indépendance. Installée en région parisienne, elle écrit de la poésie, des nouvelles, des contes mais aussi du théâtre car ce qu’elle aime par-dessus tout, ce sont les belles rencontres. Elle dirige également la compagnie « Sophie l’a dit ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email