-- -- -- / -- -- --
Nationale

Alger et Tunis résolues à s’imposer comme métropoles méditerranéennes

Alger et Tunis résolues à s’imposer comme métropoles méditerranéennes

Un accord de jumelage et de coopération entre la wilaya d’Alger et le gouvernorat de Tunis a été conclu hier au siège de la wilaya d’Alger.

Cet accord permettra aux deux métropoles maghrébines de coopérer dans plusieurs domaines, à savoir les secteurs économique, social ou encore l’activité culturelle.

Le wali d’Alger Abdelkader Zoukh, en recevant son homologue tunisien, Omar Ben Mahmou Mansour, a indiquée que cet accord de jumelage aura pour objectif premier d’ « intensifier les relations bilatérales entre les deux capitales voisines, en encourageant les hommes d’affaires tunisiens à venir investir à Alger et vice-versa. La séance de signature a vu la présentation d’une vidéo montrant les grands projets réalisés à Alger.

Des projets qui ont suscité l’admiration du wali de Tunis, qui n’a pas hésité à exprimer sa forte volonté de multiplier ce genre d’initiatives afin d’échanger l’expérience acquise des deux côtés. Cependant,

Il faut dire que la coopération entre les deux capitales est censée être plus développée et entretenue, d’autant plus que Tunis recèle de bonnes expériences en matière de développement du tourisme citadin.

En effet, la Kasbha de Tunis, excellemment entretenue depuis sa réalisation il y a plusieurs siècles, connaît régulièrement des travaux de rénovation. Elle est visitée par des centaines de milliers de touristes du monde entier d’autant plus que la vieille médina tunisoise, qui accueille la célèbre université Ezzitouna, est caractérisée par une grande animation dans divers domaines tels la production artisanale, le commerce d’articles artisanaux, et ses célèbres restaurants qui proposent différents mets de l’art culinaire tunisien.

Il faut dire que les responsables tunisois peuvent aider leurs homologues algérois à « ressusciter » la Casbah d’Alger qui, hélas, a tendance à tomber en désuétude. Une Casbah revivifiée pourrait générer de la richesse et par extension amener les agences de voyages, étrangères à convaincre leurs touristes de venir visiter la capitale de la Régence d’Alger.

« Avec l’aide du gouvernorat de Tunis, Alger pourrait réhabiliter sa Casbah « , estiment les spécialistes du secteur touristique. Par ailleurs, sur le plan culturel, beaucoup de choses pourraient être faites, comme par exemple la réhabilitation des centaines de salles de cinéma algéroises, qui servent aujourd’hui de salles des fêtes.

La capitale tunisienne, qui organise l’un des plus grands festivals du cinéma de par le monde, à savoir le Festival de Carthage, dispose d’environ deux cents salles obscures entièrement opérationnelles pour le 7e art.

Ce domaine demeure moins défriché entre Alger et Tunis, et nécessite plus d’efforts afin de concrétiser une coopération pérenne et mutuellement avantageuse.
En outre, le volet écologique et environnemental devrait faire l’objet de discussions entre les deux capitales en vue de profiter de l’expérience tunisienne (le sobriquet : « Tunis la Verte « n’est pas fortuit) en la matière.

Cela d’autant que la capitale algérienne, agressée de toutes parts par le béton, a grandement besoin d’espaces verts, de parcs, de jardins thématiques, d’aires de loisirs et autres lieux de détentes boisés, pour donner une bouffée d’oxygène à Al Djazaïr. Et afin que notre métropole puisse retrouver son statut de grande ville méditerranéenne.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email