-- -- -- / -- -- --
Nationale

Alger et Moscou pour une solution interne aux conflits de la région

Alger et Moscou pour une solution interne aux conflits de la région

L’avenir des relations multinationales semble s’orienter vers des stratégies aussi bien régionales que bilatérales pour faire face aux crises sécuritaires qui secouent plusieurs pays, notamment ceux de la région Mena et du Sahel.

La Syrie, la Libye, le Mali ou encore le Sahara occidental, autant de points chauds qui font qu’aucun pays n’est en mesure d’affronter seul des tensions à ses frontières, quels qu’en soient leurs degrés.

L’expérience algérienne, unique en son genre et qui a permis à l’Etat de faire face à de multiples tentatives de déstabilisation, reste un cas d’école et il n’est plus un pays confronté au fléau terroriste qui n’y porte un intérêt à la manière dont a fait face l’Etat algérien aux manœuvres terroristes de la décennie noire et à la solution politique algéro-algérienne soutenue par la quasi-totalité des acteurs et qui consacra la réconciliation nationale. Une expérience louée par nombre de pays occidentaux.

La Fédération de Russie, entre autre pays confronté à ce type de crise, notamment dans ses frontières sud et surtout pour avoir été ciblée par des attentats terroristes, porte désormais un intérêt tout particulier à la lutte contre ce mal du siècle, d’autant que cette puissance militaire reste engagée en Syrie confrontée à une grave crise sécuritaire.

Dans un but d’échange d’expérience, une série de consultations bilatérales sur la sécurité et la lutte contre le fléau du terrorisme devront se poursuivre durant les prochains mois entre ce pays et l’Algérie.

Après une première rencontre tenue au mois de juillet 2016 entre les représentants des deux pays, les travaux de la deuxième session de consultations ont débuté mardi à Alger au Centre international des conférences à Club des pins.

Les deux parties ont relevé l’entière convergence de vue quant aux mesures adéquates à mettre en œuvre pour des issues favorables aux crises auxquelles sont confrontés certains pays arabes notamment.

Les deux délégations ont en outre noté « l’aggravation de la menace terroriste aux plans régional et international, y compris le cyberterrorisme et la cybercriminalité, et leur jonction avérée avec le crime organisé transnational ».

Les deux délégations, conduites du côté algérien par le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et du côté russe par Venediktov Alexandre, représentant le Conseil national de sécurité de ce pays, ont affiché leur satisfaction quant aux positions respectives sur ces questions, réitérant leur « attachement à la solution des crises et conflits par la voie du dialogue, de la négociation et de la réconciliation nationale sans ingérence extérieure », seul moyen auquel a cru l’Etat algérien depuis le déclenchement de ces conflits au lendemain de ce qui fut appelé printemps arabe.

Dans ce contexte, la délégation russe n’a pas manqué de rendre hommage aux « efforts louables » que l’Algérie déploie en direction de son voisinage immédiat, notamment la Libye, en faveur de « l’avènement d’une solution politique négociée par les Libyens eux-mêmes, fondée sur le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de ce pays et sur la cohésion de son peuple », a d’ailleurs souligné le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email