-- -- -- / -- -- --
Nationale

Alger et Londres sur la même longueur d’onde

Alger et Londres sur la même longueur d’onde

L’intervention militaire en Libye n’est pas une solution à la crise et la position de la Grande-Bretagne est similaire à celle de l’Algérie qui privilégie une solution strictement politique, a affirmé hier à Alger le secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères et du Commonwealth, Philip Hammond, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

Le diplomate britannique qui répondait à une question sur la portée de l’opération militaire d’Egypte contre des positions en Libye en représailles à la décapitation de 21 Coptes, a prévenu que certaines parties veulent transformer l’actuel conflit en guerre par procuration.

« Dans ce pays en conflit, on veut mener une guerre par procuration car, au lieu de réunir les Libyens autour d’un dialogue inclusif chaque pays soutient une partie contre une autre, ce qui va mener au désastre ». a-t-il prévenu.

M. Hammond a salué les initiatives conduites par les Nations unies pour aboutir à une solution politique basée sur un dialogue inclusif en vue d’installer un gouvernement d’unité nationale qui sera « effectif » dans sa lutte contre le terrorisme.

« Le but de tous les efforts déployés, est de permettre à la Libye d’installer un gouvernement d’unité nationale qui sera effectif dans sa lutte antiterroriste ne laissant aucune chance au groupe terroriste Daech de s’implanter sur le territoire libyen », a déclaré M. Hammond.

En réponse à une question sur la contribution de son pays dans la lutte contre les groupes terroristes en Afrique et dans la région du Moyen-Orient, M. Hammond a affirmé que ces groupes qui représentent « une idéologie barbare » s’implantent dans les espaces non gouvernés qui pourraient leur servir de base-arrière pour attaquer l’Afrique voire même l’Europe.

« Pour les contrer, le diplomate britannique a mis l’accent sur la coopération régionale avec les pays voisins qui permettrait d’aboutir à des solutions adéquates « sans exagération ni complaisance ». Il a affirmé à ce propos que l’Algérie est parmi les pays qui « est bien préparé » pour faire face à la menace terroriste et que le rôle de son pays et de l’Algérie était d’aider les pays qui sont « moins préparés » pour faire face au terrorisme.

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a affirmé que l’Algérie ne veut pas être une partie dans le conflit libyen mais plutôt un partenaire dans le règlement pacifique de ce conflit. Le chef de la diplomatie algérienne a assuré que la position des deux pays se rejoigne sur la menace terroriste qui se manifeste sur le Continent africain et dans le monde arabe. Il a insisté sur la nécessité d’une stratégie globale adaptée contre ce fléau mondial.

« La riposte militaire n’est pas toujours la solution. « Il faut des mesures globales incluant la composante économique, culturelle et spirituelle basées sur le respect mutuelle des valeurs », a-t-il souligné. Il a également cité la crise de la Palestine qui perdure depuis longtemps et qui n’a pas été réglée par la communauté internationale. « Les extrémistes exploitent la crise palestinienne à leur compte », a-t-il dit.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email