-- -- -- / -- -- --
Nationale

Alerte au parfum toxique et mortel

Alerte au parfum toxique et mortel

Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux ont fait écho de la dangerosité d’un parfum appelé « Relax ».

Son utilisation provoquerait même la mort subite. Selon des informations recueillies par des spécialistes, ce produit contient une substance chimique très toxique, dont les symptômes ne se manifestent pas immédiatement, mais au bout de trois à quatre jours.

Après cette période, la personne qui a utilisé ce parfum sera victime d’une mort subite. Déjà, une note interne du ministère de la Défense nationale a averti avant-hier son personnel et les consommateurs algériens du danger de l’utilisation de ce parfum mortel.

L’alerte a été donnée par les services de la santé militaire suite à des informations obtenues sur la découverte de ce produit dangereux commercialisé uniquement dans certains pays arabes et musulmans.

Le document interne portant le numéro 8331, daté du 15 août dernier, cite des pays comme l’Egypte, le Soudan, l’Irak, le Liban, le Koweït et Bahreïn.

D’après cette source, des analyses chimiques du parfum « Relax » et des examens effectués sur des personnes ayant utilisés ce produit, il ressort qu’il est non seulement toxique, mais mortel au bout de trois à quatre jours. Même les symptômes apparaissent tardivement et ne donnent aucun répit aux victimes qui subiront la mort subite.

Le MDN a appelé au retrait de ce produit et à sensibiliser le personnel militaire et le grand public afin d’éliminer tous les risques, tout en prenant soin d’éviter toute panique lors de la diffusion de cette mise en garde.

Les pouvoirs publics ont rapidement réagi également en lançant avant-hier une enquête sur ce parfum de la mort. Le ministère du Commerce aurait instruit les services douaniers dans les postes frontières d’interdire et bloquer l’importation de ce produit. Selon une source de ce département, il faudra attendre plusieurs jours pour connaître les résultats de cette enquête.

On ne sait pas encore qui a introduit ce parfum dangereux, quelle est la société importatrice, d’où elle a acheminé sa marchandise et surtout par quelle voie (aéroport, port ou voie terrestre). Des informations non confirmées évoquent l’hypothèse de la fabrication de ce parfum quelque part en Israël, mais immatriculé dans une zone off shore inconnue.

Des réseaux internationaux spécialisés dans la commercialisation des produits de contrefaçon l’ont introduit dans le monde arabe, notamment dans des pays oùs le contrôle douanier aux frontières fait défaut.

L’Association de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (Apoce), dirigée par Mustapha Zebdi, a confirmé aux médias l’existence de cette dangerosité du parfum, regrettant au passage l’inexistence de laboratoires de contrôle chimique et biologique des produits importés en Algérie, plaidant pour la création en urgence de ces laboratoires spécialisés.

Rappelons que régulièrement, l’industrie des cosmétiques est montrée du doigt, accusée de produire surtout des parfums et eaux de toilette hautement toxiques et allogènes.

C’est principalement la peau qui est soumise à ces ingrédients toxiques. Mais récemment, de nouvelles recherches font état de dommages sur l’organisme humain. Le lien est établi entre ces produits chimiques, les allergies et le désordre hormonal, allant jusqu’à la résurgence de maladies endocriniennes.

Des substances nocives de ces produits s’accumulent au niveau des tissus du corps et produisent à la longue des dégâts important sur le métabolisme. Il est également établi qu’il existe des effets secondaires potentiels de ces produits.

Selon un rapport scientifique réalisé en Amérique, certains de ces composants sont connus pour causer de l’irritabilité, un flou mental, des douleurs musculaires, de l’asthme, des ballonnements, des douleurs articulaires, des sinusites, des irritations, des problèmes gastro-intestinaux, des maux de tête, des vertiges, des gonflements des ganglions lymphatiques, de l’hypertension, des convulsions, de la toux et des démangeaisons.

Il existe même le fameux acétaldéhyde qui est probablement un carcinogène qui passe la barrière du placenta. D’autres résultats de laboratoires, restés dans les archives, évoquent même la mort comme effet possible d’une exposition ou d’une utilisation de ces produits dont la toxicité est avérée.

L’an dernier en France, une célèbre association de protection des consommateurs, connue pour sa rigueur, a publié une liste de 185 produits cosmétiques courants qu’elle juge préoccupants du fait de ces substances dangereuses.

Elle a demandé l’interdiction d’un conservateur, dénommé MIT (methylisothiazoline) auprès de l’Union européenne, car accusé d’être un allergène et un perturbateur endocrinien.

Déjà sur les étiquettes, les fabricants, même en Europe où la législation sur les produits de large consommation est draconienne, ne sont pas soumis à divulguer ces ingrédients, car protégés par la loi sur le secret de fabrication. Aux Etats unis ou la puissante Food Drug Administration (FDA) reconnaît que la majorité de ces « substances secrètes » utilisés dans les parfums sous forme de vaporisateur n’ont pas subi de tests de sécurité de son agence. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email