-- -- -- / -- -- --
Nationale

Al Salam Bank adopte une stratégie attractive

Al Salam Bank adopte une stratégie attractive

Pour capter le maximum de fonds qui circulent hors circuit bancaire, la finance islamique est perçue comme étant un produit et un moyen efficace pour attirer plus d’argent. C’est dans ce sens que Al Salam Bank a développé plusieurs produits pour mobiliser les épargnes.

Le directeur général de Al Salam Bank, Nasser Hideur, a affirmé ce mercredi au Forum du quotidien El Mihwar que dans le cadre des efforts de mobilisation des épargnes pour répondre aux orientations des pouvoirs publics et des autorités monétaires, la banque a développé nombre de produits.

Pour les détenteurs de livret d’épargne Oumniyati, la banque propose un produit appelé « Hadiyati » (Mon cadeau) qui permet à une personne de souscrire une épargne pour le compte d’autrui à titre de cadeau, et envisage de développer le livret d’épargne Omra qui accordera certains avantages aux souscripteurs pour pouvoir effectuer un voyage Omra. Toujours dans cette démarche de mobilisation d’épargnes, l’intervenant a indiqué que la banque a aussi augmenté la part des déposants dans les différentes formules de placement participatif dans le bénéfice généré par les dépôts dans les activités de financement. « Au titre du dernier trimestre 2019, nous avons distribué des bénéfices allant de 4% pour le dépôt d’une année à 6,13% pour les dépôts de cinq années », a-t-il précisé, affirmant que c’est toujours dans le cadre de la stratégie de mobilisation de l’épargne et d’intéressement des épargnants à confier leurs ressources aux banques.

Le DG de Al Salam Bank, qui affirme que la finance islamique répond aux aspirations de la majorité de la population qui fuit les banques en raison de l’usure qu’elles pratiquent, a fait savoir que la finance islamique ne se limite pas aux activités bancaires compatibles avec la charia. Elle s’étend aussi aux activités d’assurances qui fonctionnent selon des contrats aléatoires, ce qui pose, selon lui, une problématique « chariatique ». C’est dans ce sens qu’on propose une alternative : l’assurance coopérative « Takafoul ». M. Hideur a fait savoir qu’un projet visant la création d’une société d’assurance a été initié. Il s’agit d’un partenariat entre banques publiques (CNEP, BADR, BDL), la banque El baraka et la société d’assurance de personnes « Amana » et le fonds des waqfs du ministère des Affaires religieuses avec une société d’assurance islamique jordanienne et Al Salam Bank. Un protocole d’accord signé il y a presque trois ans, mais qui attend toujours le feu vert du ministère des Finances qui va permettre à ces banques publiques de commencer l’activité. Selon l’invité d’El Mihwar, cette formule permettra d’élargir et de diversifier les produits d’assurances d’autant, précise-t-il, que le PLF 2018 a prévu une disposition qui permet la création de ces sociétés d’assurance « Takafoul » qui fonctionnent conformément aux préceptes de la charia islamique.

Par ailleurs, M. Hideur a souligné la multiplication des agences de la banque à travers le territoire national qui sont au nombre de 17, alors qu’en 2016 elle ne comptait que six, signalant la stratégie de l’entreprise qui vise à être présente dans l’Algérie profonde. S’agissant des financements réalisés par Al Salam Bank durant l’année 2018, son premier responsable a indiqué qu’ils ont atteint un total de 93 milliards de dinars : 73 milliards destinés aux entreprises et 20 milliards dédiés aux personnes dont 17 milliards concernent le financement des véhicules qui enregistre une demande croissante. A ce sujet, il a fait savoir que 1 000 dossiers sont en attente faute de disponibilité de voitures. Ce responsable, qui affirme que la banque accompagne les entreprises même en ces moments difficiles que traverse l’économie, a signalé qu’elle se lance dans la digitalisation en proposant plusieurs services en ligne.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email