-- -- -- / -- -- --
Nationale

Akbou : La ville envahie par les ordures ménagères

Akbou : La ville envahie par les ordures ménagères

La ville d’Akbou est envahie par les ordures ménagères depuis trois semaines environ. Elle offre un décor hideux et sale. Et pour cause ! la décharge publique située à Biziou est fermée par des habitants de cette petite bourgade. Ils se plaignent des incinérations nocturnes des déchets qui leur portent préjudice quant à leur santé.

Une situation de déjà vu, car c’est pour la troisième fois que les riverains avaient demandé sa fermeture et sa délocalisation vers un autre site éloigné des zones peuplées. Cependant, cette action de protestation n’est pas sans provoquer des conséquences sur le train de vie des citoyens d’Akbou qui exigent le ramassage régulier des déchets ménagers. Citoyens, autorités locales et mouvement associatif craignent, par conséquent, une crise environnementale dans la région.

« En sus des émanations très nocives de cette décharge intercommunale non contrôlée et partagée par quatre communes, à savoir Akbou, Béni Maouche, Amalou et Chellata, des ordures qui s’amoncèlent dans la ville d’Akbou et celles des autres communes risquent de poser un réel problème de santé publique », dira Mouloud Salhi, un élu de l’APC d’Akbou. 

L’apparition de certaines épidémies n’est pas à exclure avec la montée du mercure ces derniers jours, avertissent certains d’entre eux. Et les autorités locales semblent « dépassées et impuissantes » devant ce problème, car il n’y a pas de site adéquat pour réaliser un centre d’enfouissement technique ou une décharge pouvant accueillir les ordures ménagères pour les quatre communes en question. 

En ce sens, l’APC d’Akbou a prévu un CET à Gueldamen, àTifrit, mais les propriétaires s’opposent fermement à ce projet pour les mêmes raisons invoquées par les habitants de Biziou. Le projet d’une déchèterie tarde à voir le jour aussi à cause des procédures administratives. Et faute de moyens permettant de débarrasser ces déchets, les autorités locales ne trouvent rien d’autre que leur incinération la nuit et en milieu urbain avec tous les dangers qui pèsent sur les habitants, notamment les nuages de fumée qui polluent l’atmosphère.

Même l’établissement sanitaire Akloul-Ali est submergé par des tonnes de déchets entassées en attendant une solution qui semble lointaine. Ainsi, le bras de fer entre les habitants de Biziou, la commune d’Amalou et la commune d’Akbou sur la réouverture de la décharge semble engagé. L’APC d’Akbou a engagé un huissier de justice pour faire un constat. « Nous avons déposé une plainte contre une association de Biziou qui a fait des dépassements, car elle a fermé, sans préavis, la décharge qui est sans nuisance sur la santé des citoyens », nous dira l’adjoint au P/APC, Arezki Iskounène. Et d’ajouter : « Deux bulls sont sur place justement pour intervenir afin de diminuer les effets néfastes ».

« Il y a des choses occultes derrière cette action », dira M. Iskounène, qui a pointé un doigt accusateur sur l’APC d’Amalou qui veut que nous relancions le projet du CET de Gueldamen et un industriel d’Akbou qui a accaparé une bonne partie de la superficie de la décharge pour y implanter une briqueterie.

« Nous avons engagé un géomètre pour délimiter la décharge pour lancer des procédures en justice contre ce dernier auquel nous avons émis un avis défavorable concernant le certificat de conformité qu’il a demandé récemment », a soutenu notre interlocuteur.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email