-- -- -- / -- -- --
Nationale

Akbou : La session reportée faute de quorum

Akbou : La session reportée faute de quorum

C’était prévisible. La session ordinaire de l’APC d’Akbou, programmée pour hier, a été reportée faute de quorum. Il y avait 11 élus seulement dans la salle de réunion sur les 23 que compte l’APC.

Autrement dit, il y avait des absents même dans le camp du maire, ce qui présage d’une nouvelle crise qui n’est pas sans nous rappeler celles vécues par cette municipalité depuis les élections du 29 novembre 2012.

La session a été reportée à lundi prochain et les 35 points inscrits à l’ordre du jour seront adoptés même si le quorum n’est pas atteint, tel que le stipule le code communal. Il y a lieu de rappeler que l’APC d’Akbou cumule plus de 300 milliards de centimes dans sa caisse et 550 projets, dont certains datent depuis de très longues années, sont toujours en souffrance. 10 milliards de centimes, tel est le coût de certaines études réalisées, mais qui ne sont jamais exploitées à ce jour.

Il y a lieu de rappeler aussi que 9 élus appartenant à l’opposition, dont la liste indépendante « Akbou Avant Tout » et celle du MEN, ont annoncé le boycott de la session d’hier et l’ont même expliqué dans un communiqué de presse qui nous a été transmis avant-hier.
Ils ont dénoncé « la gestion unilatérale des affaires de la commune comme ils accusent le maire de transgresser la réglementation en vigueur, notamment le code communal ».

Ils ont relevé « le non-respect des articles 16 et 31, 41 et 191 » liés au remplacement d’un élu démissionnaire, la non-adoption et le non-examen de projets et de programmes comme les cahiers des charges liés à l’attribution des marchés, le non-examen par la commission des finances et économie du budget primitif, le non-examen par la commission équipements et investissement de certains programmes, la non-réalisation d’études préliminaires, etc.

L’opposition dénonce aussi « les pratiques unilatérales et les manoeuvres du maire dans la gestion des affaires de la municipalité », lit-on dans le communiqué. Les frondeurs accusent le maire de refaire les mêmes erreurs que l’an dernier et disent « refuser de cautionner sa gestion qui pourrait conduire l’APC vers l’inconnu », comme ils l’accusent du refus d’appliquer une décision de justice de mai dernier portant annulation du budget 2015.

A noter que la session d’hier devait examiner 35 points, dont l’examen et l’adoption du budget primitif de l’exercice 2016, l’adoption des cahiers des charges des adjudications des marchés de gros et de véhicules, l’examen de la démission d’un élu de l’opposition et son emplacement…

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email