-- -- -- / -- -- --
Nationale

Aid El- Adha : Le retour de la viande avariée !

Aid El- Adha : Le retour de la viande avariée !

Le scénario de la putréfaction de la viande de moutons sacrifiés lors de l’Aïd El Adha 2016 se reproduit cette année. L’ampleur n’est pas aussi importante, mais quelques cas ont quand même été enregistrés notamment à Alger, Blida et Constantine.

Le phénomène de putréfaction de la viande de mouton de l’Aïd, marquée par des taches verdâtres ou bleuâtres lors de sa congélation a été signalé par plusieurs citoyens à travers le territoire national. L’Association de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (APOCE) affirme avoir reçu des plaintes au deuxième jour de l’Aïd, à travers lesquelles quelques 50 cas ont été recensés. Son président, Mustapha Zebdi assure que ce sont des « cas isolés ». « Ce n’est pas la même ampleur que les années précédentes », a-t-il soutenu. Il précise, néanmoins, que les moutons concernés par ce phénomène ont été, pour la plupart, achetés dans des points de vente anarchiques, qui ne respectent pas les règles d’engraissement et ne subissent aucun contrôle.

En effet, dès le lendemain, voire dès le soir de l’Aïd, l’association a commencé à recevoir des photos et des vidéos provenant de plusieurs régions du pays, montrant de la viande pourrie prenant une couleur bleue et dégageant une odeur des plus nauséabondes, selon les citoyens concernés par ce phénomène. Le premier cas de putréfaction a été enregistré dans la wilaya de Blida, pour enregistrer ensuite d’autres cas à travers le territoire national. Le président de l’APOCE n’a pas écarté la thèse de l’engraissement rapide des bêtes en un temps très court, en utilisant des compléments alimentaires par les éleveurs de bovins, comme l’avait déjà affirmé le ministère de l’Agriculture l’année dernière. « C’est la cause essentielle de la détérioration de la viande et c’est une pratique très néfaste pour la santé publique », a-t-il souligné. Par ailleurs, le président de l’APOCE appelle les citoyens ayant constaté un changement de couleur de leur viande à ne pas la consommer, à garder des échantillons et à se rapprocher des services vétérinaires les plus proches pour des analyses en laboratoire.

Il est à rappeler que l’affaire de la viande putréfiée avait éclaté au lendemain de l’Aïd El Adha 2016, lorsque des centaines de familles ont signalé avoir vu celle-ci changer de couleur. Une enquête avait été ouverte par les services vétérinaires du ministère de l’Agriculture en collaboration avec la Gendarmerie nationale pour connaître les causes de ce phénomène. Selon l’enquête de la Gendarmerie, deux vétérinaires étaient à l’origine de cette situation. Ceux-ci, originaires de Sétif et de Batna, avaient mis en circulation des injections pour gonfler le poids des moutons.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email