-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ahmed Ouyahia:« L’UA demeure historiquement saisie de la question du Sahara occidental»

Ahmed Ouyahia:« L’UA demeure historiquement saisie de la question du Sahara occidental»

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia, qui représente le président Bouteflika au sommet de l’UA à Addis-Abeba, a rappelé que l’Algérie « considère que l’Union africaine demeure historiquement saisie de la question du Sahara occidental ». L’Union africaine demeure politiquement saisie de ce même dossier conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale de l’ONU, a affirmé Ouyahia, ajoutant que l’Algérie nourrit « l’espoir que le nouveau représentant personnel du SG de l’ONU pour le Sahara occidental bénéficiera de la pleine coopération des deux parties pour le règlement de cette question, conformément aux résolutions des Nations unies ».

Le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mohamat, a évoqué le dossier du Sahara occidental dans son allocution d’ouverture des travaux du 30e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains le dimanche 28 janvier, en exprimant son espoir de voir cette question résolue : « L’Afrique peut y contribuer positivement, en appui aux Nations unies », a-t-il dit, ajoutant que « la solution de ce lancinant conflit aidera immanquablement à la relance tant attendue du projet de reconstruction maghrébine ». « S’agissant du Sahara occidental, je ne peux qu’exprimer mon espoir de voir cette situation enfin résolue », a affirmé Moussa Faki Mahamat. L’Afrique peut « contribuer positivement » au règlement de cette question, « en appui aux Nations-unies », a-t-il dit, soulignant que « la solution de ce lancinant conflit aidera immanquablement à la relance tant attendue du projet de construction maghrébine ». Le très attendu arrêt de la CJUE sur le dossier de l’accord de pêche entre le Maroc et l’UE est prévu le 27 février prochain. Cette date coïncide avec le 42e anniversaire de la proclamation de la RASD.

La Cour de justice de l’Union européenne devrait prononcer, le 27 février, son arrêt portant sur l’accord de pêche Maroc-UE. Une annonce faite par l’agence SPS, qui cite le bureau d’avocats britannique Leigh Day & Co. Celui-ci a été mandaté en mars 2015 par l’ONG Western Sahara Campaign pour porter plainte contre le ministère britannique de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales et le Département royal des revenus des taxes pour exportations « illégales » de produits du Sahara occidental.

Un dossier soumis ensuite à la CJUE par la Cour suprême de Grande-Bretagne, qui s’était déclarée incompétente pour l’instruire. En effet, le 10 janvier dernier, le procureur général de la CJUE, Melchior Wathelet, a proposé à la Cour de l’annuler. Pour mémoire, le magistrat Wathelet avait estimé, en septembre 2016, que le « Sahara occidental ne fait pas partie du territoire du Maroc ». Par conséquent, « ni l’accord d’association UE-Maroc, ni l’accord de libéralisation ne lui sont applicables ». Deux mois plus tard, la CJUE rejetait l’accord agricole entre Rabat et Bruxelles. Sur un autre registre, la rencontre entre le président de la République, SG du Front Polisario, Brahim Ghali, et l’envoyé personnel du SG des Nations unies au Sahara occidental, Horst Kohler, était « franche » et « positive », et a porté sur les moyens d’aboutir à une solution « pacifique, juste et durable », garantissant au peuple sahraoui le droit à l’autodétermination, a indiqué à Berlin M’hamed Khaddad, membre du secrétariat national du Front Polisario et coordonnateur sahraoui avec la Minurso. Khaddad a précisé que la rencontre de l’envoyé onusien avec la partie sahraouie -qui s’est étalée sur deux jours a porté sur les voies de mise en application des décisions du Conseil de sécurité visant à trouver une solution pacifique, juste et durable qui

permettrait au peuple sahraoui d’exercer son droit imprescriptible à l’autodétermination sur la base des constantes de la charte des Nations unies : « Le Front a réaffirmé son soutien aux efforts de l’envoyé personnel du SG des Nation unies à l’effet de parachever le processus de décolonisation du Sahara occidental », a-t-il ajouté. Inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non autonomes, et donc éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU portant déclaration d’octroi de l’indépendance aux pays et peuples colonisés, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc. Kohler avait adressé une invitation au président de la République ainsi qu’au ministre marocain des Affaires étrangères pour des consultations bilatérales entre le Front Polisario et le royaume du Maroc durant les mois de janvier et février, en présence des pays observateurs, l’Algérie et la Mauritanie, représentées par leurs chefs de la diplomatie, et ce dans le cadre des concertations en application des résolutions du Conseil de sécurité et des efforts de l’ONU pour la décolonisation du Sahara occidental.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email