-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ahmed Ouyahia : «Il n’y aura aucun dollar dans les caisses de l’Etat d’ici cinq »

Ahmed Ouyahia : «Il n’y aura aucun dollar dans les caisses de l’Etat d’ici cinq »

Défendant le gouvernement d’Abdelmalek Sellal, le secrétaire général par intérim du RND, Ahmed Ouyahia, a averti qu’il ne restera plus aucun dollar dans les caisses de l’Etat dans cinq ou six ans, si des mesures ne sont pas prises dès à présent.

« On ira droit au mur si on ne revoit pas certains aspects et si on ne diminue pas les importations », a prévenu Ahmed Ouyahia, lors d’une conférence de presse, hier, au siège du RND, mettant en garde contre l’inaction du gouvernement. Abordant la crise économique qui frappe le pays, conséquence de la chute des prix du pétrole, le SG du RND a plaidé contre le recours à l’endettement extérieur.

« Au RND, on aura mal au cœur au cas où cette décision est prise », a-t-il avoué, en estimant que « l’Algérie n’a pas besoin d’aller vers l’endettement extérieur puisqu’elle dispose d’une marge de sécurité suffisante ».

Ahmed Ouyahia a, dans ce cadre, pris la défense du gouvernement. « Le gouvernement n’est pas responsable de la crise actuelle », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne pouvait pas être contre le gouvernement dans la mesure où il en fait partie. 

Sur un autre plan, Ouyahia plaide contre le retour du crédit à la consommation qu’il a interdit en 2009 et que le gouvernement Sellal veut réintroduire. « On aura un pincement au cœur. C’est une solution facile ». Appelant, par contre, à revoir le système de subvention, le patron du RND a insisté sur le fait qu’il ne devrait profiter qu’aux plus nécessiteux. Il avoue que l’Etat craint de revoir sa politique dans ce domaine par peur d’émeutes.

« Je n’ai rien contre Sellal »

Ahmed Ouyahia a, par ailleurs, démenti tout conflit avec le Premier ministre : « Il n’y a aucun problème entre Abdelmalek Sellal et moi », a-t-il insisté. « J’entends par-ci par-là qu’Ouyahia est en conflit avec le gouvernement ou avec Abdelmalek Sellal, un frère et un ami depuis 1979 », a soutenu le SG du RND.

« Vous imaginez un responsable de cabinet du président de la République s’attaquer au Premier ministre ? », a-t-il lancé affirmant l’engagement de son parti aux côtés du président Bouteflika et du gouvernement et aux côtés de M. Abdelmalek Sellal.

Ouyahia a rappelé être dans la politique depuis une vingtaine d’années et avoir été trois fois à la tête du gouvernement. Il a souligné à ce propos n’avoir jamais critiqué l’action de l’Exécutif lorsqu’il en sortait, étant convaincu que la politique est une question de choix et que le travail de son parti complétait celui du gouvernement.

« La révision de la Constitution relève du Président » 

Concernant la révision de la Constitution, Ahmed Ouyahia a déclaré qu’elle se fera logiquement et probablement avant la fin de l’année. « Le projet est en phase de finalisation », a-t-il précisé, Ignorant le mode d’adoption de la nouvelle Constitution, par référendum populaire ou par voie parlementaire. « Le projet appartient au Président, et lui seul gère ce dossier », a-t-il dit.

« L’Etat n’autorisera pas Madani Mezrag à créer son parti politique »

Interrogé sur la dernière sortie de l’ancien chef de l’AIS, le terroriste repenti Madani Mezrag, qui a annoncé la création d’un parti politique, Ahmed Ouyahia qui s’est exprimait sur ce point en tant que représentant de la présidence de la République, a assuré que Madani Mezrag n’a pas l’intention de créer un parti politique. « L’Etat n’autorisera pas Madani Mezrag à créer un parti », a-t-il lancé,

« Les changement à la tête du DRS étaient utiles »

Abordant la question des derniers changements opérés au sein des services de sécurité du DRS, Ahmed Ouyahia a estimé que ceux-ci étaient « utiles et nécessaires », affirmant au passage que « le président Bouteflika n’est pas Néron pour vouloir brûler le pays ». A ce sujet, Ahmed Ouyahia a dénoncé « la divulgation d’informations sensibles « , faisant allusion au bruit fait autours des remaniements au sein des services de sécurité.

Concernant l’affaire de l’arrestation du général Hassan, ancien chef des troupes antiterroristes du DRS, le SG du RND a refusé de faire un commentaire. « Je ne peux pas faire un commentaire sur l’arrestation du général Hassan à qui je souhaite le bien. L’affaire est entre les mains de la justice », a-t-il déclaré. Par ailleurs, et concernant son initiative de construire un front avec le FLN, TAJ et le MPA, le chef du RND a estimé qu’ « il n’avait pas commis un crime en l’annonçant ».

Cette initiative n’a pas été acceptée par le secrétaire général du FLN Amar Saâdani. « Saâdani est libre dans ses postions », a déclaré Ahmed Ouyahia, soulignant qu’ »il est important de savoir que nous menons le même combat avec le FLN « .
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email