-- -- -- / -- -- --
Monde

Agressions israéliennes contre les Palestiniens

Agressions israéliennes contre les Palestiniens

L’Algérie condamne “fermement” la persistance d’Israël dans ses attaques systématiques contre le peuple palestinien sans défense et sa politique d’agression, d’intimidation et d’assassinats visant même les enfants, les femmes et les journalistes.

“Nous condamnons fermement la persistance d’Israël dans ses attaques systématiques contre le peuple palestinien sans défense et sa politique d’agression, d’intimidation et d’assassinats visant même les enfants, les femmes et les journalistes”, a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Abdelaziz Benali-Chérif, dans une déclaration à l’APS.

“Nous renouvelons notre solidarité active et notre engagement continu à soutenir la Palestine jusqu’à ce que le peuple palestinien frère puisse recouvrer tous ses droits usurpés et édifier un Etat indépendant ayant El-Qods comme capitale”, a ajouté Benali-Chérif.

“Nous appelons la communauté internationale à soutenir le peuple palestinien et, en même temps, nous demandons au Conseil de sécurité de l’ONU de s’acquitter de ses responsabilités en matière de protection du peuple palestinien et de mettre fin à ses souffrances”, a encore souligné le porte-parole du MAE.

Pour rappel, trois hauts fonctionnaires des Nations Unies opérant dans les territoires palestiniens occupés ont appelé à assurer la protection aux enfants palestiniens à travers la prise de mesures “concrètes” pour leur permettre de vivre sans peur et de restaurer leurs droits spoliés par l’occupant israélien, a rapporté mercredi l’agence de presse palestinienne Wafa.

Il s’agit de Jamie McGoldrick, coordonnateur humanitaire du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), de James Heenan, chef du Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), et de Geneviève Boutin, représentante spéciale de l’Unicef dans l’Etat de Palestine.

“Nous sommes profondément préoccupés des violations des droits des enfants palestiniens, nous demandons à prendre des mesures concrètes et immédiates afin de permettre aux enfants de vivre sans

peur et de restaurer leurs droits”, ont-ils mentionné dans un communiqué de presse conjoint.

“Malgré les avertissements et les appels continus des Nations Unies et d’autres organisations de procurer d’abord la protection des enfants en premier, il y a des rapports qui révèlent qu’Israël cible les enfants palestiniens dans la bande de Ghaza et la Cisjordanie occupée”, ont-ils ajouté.

Ils se sont indignés de la mort de sept enfants palestiniens par balles réelles et des bombardements israéliens en juillet dernier, portant le total à 26 morts depuis le début des manifestations de la Marche du retour, à proximité de la barrière érigée par l’occupant israélien à Ghaza depuis le 3 mars dernier.

Ces enfants s’ajoutent à cinq autres tués dans des bombardements israéliens ou en dehors du contexte des manifestations.

Durant la même période, des centaines d’enfants ont été blessés par balles réelles dont nombre d’entre eux souffriront des handicaps permanents, notamment à la suite d’amputation des membres. De plus, des milliers ont besoin d’une assistance psychosociale urgente, de soins médicaux spécialisés et d’un soutien pour leur réhabilitation.

A la mi-juillet dernier, le ministère des Affaires étrangères palestinien a appelé l’occupant israélien à assumer toutes ses responsabilités suite à l’assassinat des enfants palestiniens, s’indignant du “silence de la communauté internationale et des institutions onusiennes” envers la politique israélienne basée sur l’assassinat et les liquidations des enfants palestiniens.

Par ailleurs, deux Palestiniens ont été tués avant-hier par des tirs à balles réelles des forces d’occupation israéliennes à Ghaza, lors des manifestations pacifiques baptisées “la Marche du retour”, alors que le nombre de blessés a atteint 242, ont rapporté des médias palestiniens.

Le ministère de la Santé palestinien a indiqué que 136 blessés ont été traités sur les lieux de la manifestation, tandis que 106 autres ont été transférés vers les hôpitaux de Ghaza, mentionnant que parmi ces blessés figuraient 26 enfants, 5 secouristes et 2 journalistes.

Des témoins ont confié à Wafa que les forces d’occupation, surtout les snipers stationnés le long de la ligne de séparation érigée par Israël, ont ouvert intensivement le feu sur les Palestiniens participant dans la marche du retour après la prière du vendredi.

Des milliers de Palestiniens ont participé au 20e vendredi des manifestations de la “Marche du retour”, qui avaient débuté le 30 mars 2018 pour dénoncer le blocus imposé par l’entité israélienne à Ghaza et réclamer le retour des réfugiés palestiniens spoliés de leurs terres en 1945.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email