Afin de décongestionner le trafic: Vers la spécialisation des ports commerciaux – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Afin de décongestionner le trafic: Vers la spécialisation des ports commerciaux

Afin de décongestionner le trafic: Vers la spécialisation des ports commerciaux

Le président de la République veut une nouvelle vision pour la gestion portuaire. Dans l’objectif d’améliorer les performances des activités portuaires, le gouvernement est sommé de concevoir une nouvelle stratégie de gestion portuaire à même de décongestionner les ports. Un dossier sur lequel se penche déjà le ministère des Transports qui envisage une spécialisation des ports commerciaux, l’objectif étant de décongestionner au maximum les ports.

C’est ce qu’a indiqué ce lundi Djamel Eddine Abdelghani Dridi, secrétaire général au ministère des Transports, dans sa déclaration à la radio nationale. « Aujourd’hui, nous pensons à la spécialisation de nos ports par catégories de marchandises », a-t-il indiqué, précisant que le but est de décongestionner au maximum les ports.

« Une question discutée dimanche en comité restreint avec les directeurs généraux des ports », a fait savoir ce responsable, qui a signalé le fait que cette idée prend forme, citant la spécialisation du port de Béjaïa dans certaines activités et aussi l’orientation de celui de Ténès vers les activités de cimenterie pour assurer l’exportation de ces produits.

Le responsable a, en outre, évoqué la problématique de congestion des ports, affirmant que la question a été discutée lors de la réunion avec des directeurs généraux de ports, signalant les conséquences de cette situation sur l’économie nationale, et ce en raison des pertes occasionnées.

« Nous avons connu une congestion importante de nos ports. Le pic a été recensé au mois d’octobre 2023, avec un taux d’occupation de 83 % », a signalé M. Dridi, qui a fait part de la mise en place d’un comité interministériel présidé par le ministre des Transports pour pallier cette situation préjudiciable pour l’économie nationale.

Plusieurs actions ont, depuis, été menées pour arriver à une régression de 53 % au mois de mars 2024. Des instructions ont été données, à travers le groupe SERPORT (groupe services portuaires), pour remédier à cette situation, selon les précisions de l’intervenant, qui a signalé une collaboration avec les différents intervenants au niveau des ports, à l’instar des services des Douanes. Un autre pic au niveau de la rade a également été enregistrée avant le ramadhan, et ce en raison des différentes opérations d’importation de viandes pour garantir l’approvisionnement du marché.

Signalant l’apport de la plate-forme numérique de gestion portuaire, le SG du ministère des Transports a signalé des délais d’attente en rade au niveau des ports. « Nos conteneurs passent 14 jours. Ce qui n’est pas normal », a-t-il dit, signalant dans ce sens des actions de numérisation engagées pour faciliter les démarches et ainsi réduire ces délais à 24 heures. Une chose déjà réalisée, selon M. Dridi, qui affiche l’ambition de se diriger vers une durée d’attente de moins de 24 heures, affirmant que les plates-formes portuaires sont gérées à l’heure. Une révision de la réglementation est aussi préconisée par ce responsable.

« Nous sommes dans l’obligation d’ajuster les textes pour respecter les délais de déchargement et procéder au traitement de nos navires », a-t-il indiqué

M. Dridi a indiqué que l’instruction du président de la République, donnée lors du Conseil des ministres et concernant la gestion de ports, est claire. Il a affirmé que le département des Transports fera en sorte que cette instruction soit exécutée dans les meilleurs délais.

Le président de la République a en effet instruit le gouvernement à l’effet de concevoir une approche exhaustive pour une nouvelle stratégie de gestion portuaire à soumettre en Conseil des ministres dans les meilleurs délais.

Pour ce qui est des mesures prises pour réduire les délais de passage portuaire des marchandises importées, le président de la République a ordonné au ministre des Transports « de redoubler de vigilance et de prudence face à toutes formes de manipulation, notamment la politique d’atermoiement, s’agissant du contrôle des conteneurs », insistant sur le respect des délais de déchargement en renforçant les capacités et les dispositifs de contrôle, à même de permettre de libérer les espaces au niveau des ports secs, lit-on dans le communiqué du Conseil des ministres.

Le président de la République a enjoint de mettre en place un mécanisme de coordination, en matière de gestion de la pression issue des délais d’attente en rade au niveau des ports, de manière à les réduire à une durée maximale de 24 heures, ordonnant de réduire la pression sur le port d’Alger.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email