-- -- -- / -- -- --
Nationale

Affaire Sonatrach 1 : Les témoins n’ont rien vu !

Affaire Sonatrach 1 : Les témoins n’ont rien vu !

Les jours passent et semblent se ressembler dans le procès des ex-cadres et ex-fonctionnaires de Sonatrach qui a entamé hier son 14e jour. Les témoins qui se sont succédé n’ont rien apporté de plus au dossier lié à la malversation.

A toutes les questions posées, que ce soit par le président du tribunal criminel d’Alger Mohamed Rekkad, du procureur général Abdelaziz Boudraa, des représentants de la partie civile ou des avocats de la défense, ils ont répondu : « On ne savait pas ! On n’a jamais été informé des anomalies ou carences ; sinon on aurait informé la tutelle quant aux dépassements relevés ! »

Le plus important témoignage est sans doute celui de l’ex-directeur central du contrôle à la Banque d’Algérie, Si Fodil Hanafi, qui a affirmé : « Suite à une inspection effectuée par des inspecteurs de la Banque d’Algérie et relative au transfert de sommes énormes de la BNP Paribas vers la banque Natixis, agence d’Hydra, il s’est avéré que l’ancien PDG du CPA, El Hachemi Maghaoui et son fils, El Yazid Maghaoui, avaient bénéficié tous les deux de transfert d’importantes sommes d’argent qu’ils considéraient comme des bénéfices qui leur provenaient du holding et non pas de Contel ».

L’enquête interne a par ailleurs déterminé que « l’argent provenait de Contel Algérie alors qu’ils n’ont rien à voir avec cette société et que le transfert s’est fait de manière illégale et fallacieuse ! ».

Lors de son audition par le président du tribunal, l’un des principaux témoins, El Hachemi Kamel, qui occupait le poste de directeur chargé du contrôle du projet du groupe algéro-allemand Contel Fun Werc, a affirmé que « tous les contrats liés au contrôle de la télésurveillance se sont réalisés à 100% sauf en ce qui concerne le 5e relatif à la base de vie du 24-février-1971 dont les travaux ont été annulés suite à cette affaire ».

L’intervenant a par ailleurs indiqué que : « le matériel acquis par Contel FUN WERC 2T était conforme au cahier des charges et qu’aucun retard n’a été enregistré concernant les travaux ». De son côté, l’ancien directeur des affaires juridiques du département de la production de la Sonatarch a souligné qu’il « ignorait que le fils de l’ex-PDG de la Sonatrach Mohamed Meziane, à savoir Bachir-Fouzi, était associé dans le Holding et si je le savais, j’aurais informé les responsables du secteur. »

Concernant les quatre secrétaires, ces dernières ont été unanimes à déclarer au juge qu’elles « ne sont au courant de rien et encore moins des visites que rendaient les fils de l’ex-PDG Mohamed Meziane à Belkacem Boumediene ». Il convient de signaler que l’un des témoins, Yahia Messoud, qui occupait le poste de président de la commission gazoduc KG3, est passé d’inculpé à témoin.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email