-- -- -- / -- -- --
Nationale

Affaire OPGI Dergana: 3 à 5 ans de prison requises

Affaire OPGI Dergana: 3 à 5 ans de prison requises

Le procureur général près la cour d’appel d’Alger a requis au milieu de la semaine écoulée cinq peines allant entre trois et cinq ans de prison ferme contre des employés et fonctionnaires de l’Office de promotion de la gestion immobilière de Dergana.

Ces derniers sont poursuivis entre autres pour détournement de logements destinés aux familles sinistrées du tremblement de terre ayant secoué les wilayas d’Alger et de Boumerdès.

Ils sont également impliqués pour avoir octroyé des locaux commerciaux à titre de complaisance à des jeunes qui ne présentent pas les garanties nécessaires alors qu’ils étaient destinés aux jeunes du quartier

Les mis en cause sont, par ailleurs, incriminés pour avoir cédé ces locaux à des prix symboliques qui ne dépasseraient pas les 20 millions de centimes alors que le montant arrêté pour céder ces derniers sont estimés à plus de 600 millions de centimes
Pour rappel, l’enquête préliminaire a été ouverte par les services du département des renseignements et de la sécurité dépendant du ministère de la Défense nationale, suite à une lettre anonyme dans laquelle, les dénonciateurs ont tenu à préciser qu’un gang spécialisé dans le détournement de logements sociaux locatifs au niveau de l’OPGI de Dergana , procédaient à des manières fallacieuses en délestant des bénéficiaires de leurs appartements et des locaux commerciaux, distribués par la wilaya d’Alger.

Lors de leurs auditions, les prévenus non détenus et à leur tête le chef de l’agence de Dergana ont nié tous les faits qui leur ont été reprochés arguant que la faute incombe à la propriétaire d’une agence immobilière qui procédait à la vente de manière illégale des appartements usant de la complicité de certains employés et fonctionnaire de l’Office de gestion immobilière objet de la poursuite judiciaire.

Les avocats de la défense ont sollicité la relaxe pure et simple de leurs clients estimant que ces derniers n’ont rien à voir dans cette affaire montée de toutes pièces par les enquêteurs
Il convient de signaler que les inculpés sont en outre accusés d’avoir vendu sept appartements et trois locaux commerciaux
Le préjudice matériel causé au Trésor public suite au détournement de logements sociaux locatifs par ces derniers est estimé à plus de cinq milliards de dinars.

L’affaire est mise en délibéré par les juges de la Chambre pénale près la cour d’appel d’Alger pour le mois prochain.
Il est à noter que l’affaire revient après que les juges de la chambre délictuelle et correctionnelle de la cour suprême aient accepté les pourvois en cassation formulés et par les accusés condamnés et le représentant du parquet général de la cour d’Alger.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email