-- -- -- / -- -- --
Nationale

Affaire général Hassan: Le général Toufik réagit

Affaire général Hassan: Le général Toufik réagit

L’ex-patron du Departement de renseignement et de sécurité (DRS) le général de corps d’armée, Mohamed Mediene dit Toufik, a dénoncé vendredi, l’incarcération  du général à la retraite, Abdelkader Aït Ouarabi dit Hassan, à 5 ans de prison ferme par le tribunal militaire de Mers Kebir à Oran.

Dans sa lettre transmise à plusieurs médias nationaux, le général Toufik s’est dit  “consterné” par le verdict prononcé  à l’éncontre du général Hassan, ancien chef du Service de coopération opérationnelle et de renseignement antiterroriste (Scorat).
“Le général Hassan était le chef d’un service érigé par le décret agissant sous l’autorité de mon département à ce titre il était chargé d’une mission prioritaire avec des prérogatives lui permettant de mener des opérations avec les objectifs fixés”, a-t-il indiqué précisant que “les activités de son service étaient suivies régulièrement dans le cadre réglementaire”.

Au sujet de l’opération qui a valu au général Hassan l’accusation d’« infraction aux consignes générales », il a affirmé que l’ancien chef du Scorat a « traité le dossier dans le respect des normes et en rendant compte aux moments opportuns » et a souligné avoir « usé toutes les voies réglementaires et officielles » dans ce dossier. L’ex-patron a loué la « loyauté » et l’« honnêteté professionnelle » du général Hassan, qu’il décrit comme s’étant « entièrement consacré à sa mission » et qui « a dirigé de nombreuses opérations qui ont contribué à la sécurité des citoyens et des institutions de la République ». Il a estimé « urgent » de « réparer une injustice qui touche un officier qui a servi le pays avec passion et de laver l’honneur des hommes qui, tout comme lui, se sont entièrement dévoués à la défense de l’Algérie ».«J’ose espérer que mon intrusion médiatique, même si elle constitue un précédent, ne suscite pas de commentaires qui risquent de la dévoyer et de la détourner du but recherché », a conclu Mohamed Mediene.

Cette lettre constitue la première sorti médiatique pour cet ex-patron des services de renséignements qui a longtemps cultivé le mystère autour de sa personne.

Pour rappel, sept témoins ont été auditionnés au cours du procès du général Hassan, selon des sources au sein du tribunal militaire qui ont précisé que le général-major Mohamed-Lamine Médiene dit Toufik, ex-patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), n’a pas été cité à comparaître tel que demandé par les avocats de l’accusé.

Suite au verdict, le collectif de la défense, constitué de maîtres Khaled Bourayou, Mokrane Aït Larbi et Ahmed Touphali Tayeb, a annoncé qu’il fera appel dans un délai règlementaire de huit jours.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de la séance du matin de ce procès, les avocats ont souligné que « dans la forme, les procédures se sont déroulées normalement ».

Pour rappel, le général Hassan a été arrêté en août dernier et présenté devant le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida qui a ordonné son transfert vers le tribunal d’Oran pour y être jugé pour plusieurs chefs d’inculpation. Selon ses avocats, il était poursuivi pour « non-respect des consignes militaires » et « destruction de documents militaires ».

Déclaration intégrale du général à la retraite Mohamed Mediene dit Toufik

Consterné par l’annonce du verdict prononcé par le tribunal militaire d’Oran à l’encontre du général Hassan, et après avoir usé de toutes les voies réglementaires et officielles, j’ai estimé qu’il est de mon devoir de faire connaître mes appréciations à l’intention de tous ceux qui sont concernés par ce dossier, ainsi que tous ceux qui le suivent de près ou de loin.

Le général Hassan était le chef d’un service érigé par le décret agissant sous l’autorité de mon département. A ce titre, il était chargé d’une mission prioritaire avec des prérogatives lui permettant de mener des opérations en relation avec les objectifs fixés. Les activités de son service étaient suivies régulièrement dans le cadre réglementaire.

En ce qui concerne l’opération qui lui a valu l’accusation d’« infraction aux consignes générales », j’affirme qu’il a traité ce dossier dans le respect des normes et en rendant compte aux moments opportuns. Après les résultats probants qui ont sanctionné la première phase de l’opération, je l’ai félicité –lui et ses collaborateurs – et encouragé à exploiter toutes les opportunités offertes par ce succès. Il a géré ce dossier dans les règles, en respectant le code de travail et les spécificités qui exigent un enchaînement opérationnel vivement recommandé dans le cas d’espèce.

Le général Hassan s’est entièrement consacré à sa mission. Il a dirigé de nombreuses opérations qui ont contribué à la sécurité des citoyens et des institutions de la République. Sa loyauté et son honnêteté professionnelle ne peuvent être mises en cause. Il fait partie de cette catégorie de cadres capables d’apporter le plus transcendant aux institutions qu’ils servent.

Au-delà des questionnements légitimes que cette affaire peut susciter, le plus urgent, aujourd’hui, est de réparer une injustice qui touche un officier qui a servi le pays avec passion, et de laver l’honneur des hommes qui, tout comme lui, se sont entièrement dévoués à la défense de l’Algérie.

Les médias ont traité abondamment cette affaire en faisant preuve de beaucoup d’à-propos, malgré l’absence d’éléments d’appréciation officiels. J’ose espérer que mon intrusion médiatique, même si elle constitue un précédent, ne suscite pas de commentaires qui risquent de la dévoyer et de la détourner du but recherché.

Le général de corps d’armée à la retraite Mohamed Mediene

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email