-- -- -- / -- -- --
Nationale

Affaire des Algériens détenus à la Valette: Les AE dépêchent un émissaire à Malte

Affaire des Algériens détenus à la Valette: Les AE dépêchent un émissaire à Malte

Les treize touristes détenus dans un centre près de l’aéroport de la capitale de Malte étaient injoignables lundi. Des sources proches des familles de deux d’entre eux ont toutefois confirmé avoir réussi à entrer en contact avec leurs enfants. Ces derniers leur auraient précisé que le consul d’Algérie accrédité auprès de Malte avec résidence à Rome, se serait déplacé en personne sur les lieux et les a rencontrés.

Le diplomate algérien les a assuré qu’il fera part, le plus tôt, de leurs doléances au ministère des Affaires étrangères. Selon la famille d’un détenu originaire de la wilaya de Batna, les responsables du centre où est détenu leur enfant, A. Mehdi, avaient refusé l’accès aux lieux à un avocat maltais désigné par un bureau français sollicité par la famille pour plaider la cause de leur fils.
En tout cas, si l’affaire de ces touristes a finalement fait réagir les autorités algériennes, aucune information n’a encore filtré sur les raisons réelles ayant incité les autorités maltaises à les maintenir ainsi en captivité.

Hier matin, soit quatre jours après leur arrestation, les captifs ne comprenaient toujours pas pourquoi aucun responsable ou représentant diplomatique algérien ne les a approchés pour s’enquérir de leur situation qu’ils n’ont cessé de qualifier d’invivable et d’humiliante.

Si aucun lien n’a été jusque-là avancé quant à leur implication dans d’éventuels réseaux de trafics en tous genres, dans la mesure où, rappelons-le, les touristes détenus sont originaires de plusieurs villes du centre et de l’est du pays et qu’à la base « ils ne se connaissaient même pas », selon les témoignages de plusieurs d’entre eux, celui de l’immigration clandestine n’est pas du tout à écarter.

Il est en effet évident que l’Etat insulaire, de par sa position géographique, est à l’avant-garde des politiques des pays du vieux continent dans la lutte contre le fléau qui a pris des proportions alarmantes ces dernières années, notamment après le dernier naufrage au large des côtes libyennes d’une embarcation transportant près de 700 migrants clandestins.

Les déclarations de plusieurs parmi les détenus que le Jeune indépendant a réussi à joindre par téléphone tôt hier – une ligne fixe a été mise à la disposition des personnes se trouvant au centre- ont pourtant confirmé que tous étaient munis de leurs passeports en règle revêtus du visa Schengen leur donnant droit d’accès sur le territoire de l’Etat insulaire.

La majorité des touristes détenus avaient des réservations de chambre d’hôtel bien avant leur départ pour l’île et ils étaient tous munis de sommes d’argent en devises leur permettant de subvenir à leurs besoins au moins pour la période prévue de leur séjour, nous ont-ils précisé.

Pour rappel, les treize touristes algériens (12 hommes et une femme) avaient été arrêtés jeudi matin à leur descente de l’avion d’Air Malta qui assurait le vol Alger-La Valette. L’un d’eux nous avait expliqué : « l’officier qui a procédait à notre arrestation ne regardait même pas nos passeports, il se contentait de nous défigurait avant de nous sommer de passer de manière discriminatoire dans une pièce au fond d’un couloir ».

Après leur arrestation, les détenus originaires de plusieurs villes dont Alger, Blida, Médéa, Boumerdes, Batna, Constantine, Sétif et Oum El-Bouaghi n’avaient reçu aucune explication quant aux raisons réelles de leur détention. Maltraités depuis leur captivité, les treize détenus, nous a raconté l’un d’eux, n’ont même pas eu droit à un interprète depuis leur arrivée en terre maltaise. Leurs interlocuteurs se contentèrent de s’adresser à eux dans leur langue insulaire. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email