-- -- -- / -- -- --
Energies

Rebondissement dans l’affaire Augusta : les membres du conseil d’administration de Sonatrach devant le juge

Rebondissement dans l’affaire Augusta : les membres du conseil d’administration de Sonatrach devant le juge
La crise du Covid-19 frappe de plein fouet le groupe pétrolier

L’enquête sur l’affaire de la raffinerie Augusta s’accélère s’étendant désormais à plusieurs cadres et personnage clefs ayant été au cœur de la transaction conclue dans des conditions jugées opaques. Un ancien vice-président , aujourd’hui conseiller au cabinet du ministre de l’énergie Abdelmadjid Attar, figurent parmi les personnes convoquées.
Au moins une dizaine de responsables de Sonatrach dont d’anciens membres de conseil d’administration ont été convoqués pour ce lundi 11 janvier 2020 devant le juge d’instruction près du tribunal de Bir Mourad-Rais à Alger dans le cadre de l’enquête sur la transaction ayant conduit à l’acquisition de la raffinerie d’Augusta en 2018, a appris ce dimanche le Jeune Indépendant de source en charge du dossier.

Les responsables convoqués sont notamment les anciens membres de l’ex- conseil d’administration du groupe pétrolier ainsi que les dirigeants clefs dans le processus d’achat de la vieille raffinerie d’Exxon-mobil, a indiqué la même source.

Les dirigeants convoqués par la justice qui a été saisie du dossier en juillet 2020, en tant que membre de l’ex-conseil d’administration du groupe Sonatrach sont Omar Maaliou ex-vice-président commercialisation qui a été en désaccord avec l’ancien P-DG du groupe pétrolier Abdelmoumen Ould Kaddour, Salah Mekmouche, ancien vice-président chargé de l’exploration et de la production qui occupe aujourd’hui le poste de conseiller au ministère de l’énergie, Slimane Arbi-Bey vice-président chargé de l’activité transport des hydrocarbures par canalisation ainsi qu’Ould Kaddour, qui se trouve depuis mars 2019  à l’étranger.

Toutefois, Mekmouche et Arbi-Bey n’ont eu aucun rôle dans l’acquisition de la raffinerie, mais sont convoqués en tant que membres du Conseil d’administration qui a eu à examiner et débattre du processus d’acquisition de la raffinerie.

Les personnages clefs qui ont eu à traiter le dossier sous la coupe de Ould Kaddour et qui seront entendus par le juge d’instruction sont Brahim Boumaout qui occupait le poste de directeur Stratégie Planification et Economie (SPE) nommé depuis à la tête du projet gazier de Sonatrach à Lima au Pérou, un investissement à l’international qui a vu le jour au temps de Chakib Khelil, l’ex-vice-président du raffinage Abdelhamid Rais-Ali,  de l’ex-vice-président des finances Ahmed Mazighi, en détention provisoire et Mohamed Karroubi qui occupait le poste de directeur exécutif au tems de la transaction devenu par la suite vice-président des finances.

Les syndicalistes ayant fait partie du Conseil d’administration de Sonatrach seront également entendus par le juge d’instruction ainsi que toutes les personnes figurant dans le registre de commerce de la raffinerie d’Augusta.
Il convient de signaler que tous les cadres clefs ayant concrétisé l’achat de la raffinerie d’Augusta ont été promus au poste de vice-président par Ould Kaddour.

Les acteurs d’Augusta

La semaine dernière, plusieurs cadres de la compagnie pétrolière ont été entendus par l’adjoint du juge d’instruction dans cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre . Toutefois, il n’a pas été précisé en qualité de qui sont convoqués ces cadres. Le juge d’instruction devra trancher sur la question au terme de toutes les auditions.

En juillet dernier, le tribunal de Bir-Mourad-Raïs (Alger) a décidé d’engager cette enquête pour situer les responsabilités dans l’acquisition de cette raffinerie vieille alors de 70 ans avec un financement de moins d’un milliard de dollars. A ce jour, seul Mazighi a été placé en détention provisoire à ce jour. Il est poursuivi pour dilapidation de deniers publics et abus de fonctions. Ould Kaddour quant à lui a quitté le pays et occuperait le poste de conseiller chez ExxonMobil.

Pour rappel, après avoir signé l’accord de vente avec Esso Italiana, filiale italienne d’ExxonMobil, en mai 2018, Sonatrach a conclu la vente de la raffinerie d’Augusta le 1er décembre 2018.

C’est en mai 2018 que Sonatrach annonce le rachat de cette vieille raffinerie et ses terminaux pétroliers (siciliens) à Augusta, Palerme et Naples, et leurs systèmes d’oléoducs associés. Le transfert de propriété avait été effectif le 1er décembre 2018 et signé à Milan, la nouvelle entité étant désormais dénommée “Sonatrach Raffineria Italiana Srl”.

Le groupe Sonatrach avait fait dans les termes du contrat une concession de taille à Exxon Mobil: leur vendre toute la production d’huiles lourdes et, aussi étrange que cela puisse paraître, produites à partir d’hydrocarbures non pas algériens, mais de pays du Moyen-Orient, l’Arabie Saoudite notamment.

L’un des points les plus importants du cahier des charges d’Exxon mobil exigeait la reprise de la production d’huile de base de cette raffinerie à travers un contrat d’ « offtake » (accord d’enlèvement) de 10 ans.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email