L’école célèbre yennayer   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

L’école célèbre yennayer  

L’école célèbre yennayer  

Le ministère de l’Education nationale a exhorté les directeurs des établissements à célébrer le nouvel an amazigh 2973. Une occasion de faire connaître aux élèves la symbolique de yennayer, et ce dans le but de promouvoir les principes de l’identité nationale et du patrimoine algérien. 

Dans un communiqué de presse émanant du ministère de l’Education, les établissements éducatifs à travers le pays sont appelés à célébrer le nouvel an amazigh 2973, qui coïncide avec le 12 janvier de chaque année et est consacré comme fête nationale depuis 2018, à travers des activités culturelles, pédagogiques et de loisirs, et ce dans le but de préserver le legs culturel national, riche et diversifié. 

Une célébration qui intervient, comme chaque année, avec diverses manifestations culturelles : projection de films, représentations théâtrales, ateliers d’apprentissage du tamazight ainsi que des conférences thématiques sur la culture amazighe, mettant en avant la double dimension culturelle et historique de yennayer, premier jour de l’an amazigh, consacré fête nationale. 

Cette occasion festive permettra d’établir des ponts entre les différentes générations. La démarche a pour but de recenser le patrimoine historique et anthropologique de chaque territoire, d’exposer des plats et des vêtements traditionnels, en valorisant les us et coutumes de chaque région. 

Cette action vise à consolider et à ancrer le concept du nouvel an amazigh auprès des générations montantes, de sauvegarder et promouvoir le patrimoine culturel amazigh, aussi bien matériel qu’immatériel, mais aussi de renforcer l’unité et la cohésion du peuple algérien. 

Le ministère de l’Education nationale insiste sur le fait que cette célébration relève d’un repère commun du peuple algérien, dont la dimension joue un rôle majeur dans la préservation du legs national et met la lumière sur la profondeur de la culture et de l’histoire algériennes.                                                                                                

« C’est une fête nationale célébrée par nos aïeux à travers tout le territoire national et c’est une journée fériée inscrite dans la Constitution algérienne », a indiqué le secrétaire général du Satef, avant de souligner que la nouvelle génération ignore la signification de cette date et certains charlatans illettrés s’attaque à cette fête millénaire. 

Il a salué la décision du ministère de l’Education de donner une importance pédagogique et une portée nationale à ces festivités. 

« Nous devons nous réapproprier notre histoire et nos traditions, et les transmettre à nos enfants. Nous devons aussi renforcer tous les liens qui peuvent rapprocher les Algériennes et les Algériens », a-t-il insisté.

Amoura a souligné le rôle important de l’école qui doit, selon lui, inculquer avant tout nos valeurs et notre histoire à nos enfants, surtout au primaire, pour « barrer la route aux aventuriers et aux charlatans illettrés de tout bord ».

Le pédagogue s’est dit fier de ces racines et insiste sur l’importance de continuer à fêter cette date qui symbolise l’arrivée de la nouvelle année agricole. 

« Nous avons constaté que nos établissements scolaires, à travers le territoire national, fêtent avec joie et dans la festivité cet événement, et c’est ce qui démontre son caractère national », s’est-il réjoui. Dans ce cadre, un programme pédagogique est tracé pour les trois paliers de l’enseignement national afin de dispenser des cours sur la célébration du nouvel an amazigh (yennayer), prévu par la Constitution de 2016. 

A cet effet, il est question, sur le plan pédagogique, de dispenser des cours durant les journées des 10 et 11 janvier qui mettent en relief les dimensions sociale, culturelle et économique de cet événement, tout en mettant en avant l’importance de la terre et la sauvegarde de l’environnement, et ce par l’organisation d’une action de reboisement.

Quant au volet culturel et artistique, il est demandé aussi aux chefs des établissements scolaires de concocter des programmes culturels et artistiques, tout en respectant les gestes barrières et tout le protocole sanitaire y afférent. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email