"Distinction" de Tebboune à l’université de Batna : la Présidence dénonce une pratique honteuse – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

« Distinction » de Tebboune à l’université de Batna : la Présidence dénonce une pratique honteuse

« Distinction » de Tebboune à l’université de Batna : la Présidence dénonce une pratique honteuse

La présidence de la République a dénoncé, dans un communiqué publié ce lundi une action de flagornerie de la part de certains responsables de l’université de Batna 1. La Direction générale de la Communication de la présidence de la République a tenu à condamner fermement l’initiative prise par certains responsables de de l’Université de Batna 1 qui ont sur «une initiative personnelle et isolés ont honoré le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec un tableau».

La Direction générale de la Communication à la Présidence de la République « dénonce l’initiative des responsables de l’Université de Batna I qui, de leur propre initiative, ont décidé de distinguer le Président de la  République, M. Abdelmadjid Tebboune, par le truchement d’un cadre, ce qui rappelle aux Algériens des pratiques d’une période honteuse ».

« La Direction générale de la Communication se démarque de cette initiative de mauvais goût qui n’a aucun lien avec la vision du Président de la République, ni avec les pratiques et usages qu’il veut ancrer depuis son élection, à la faveur d’une Algérie nouvelle, lui qui a demandé dans son  discours d’investiture qu’on retire le titre de « Fakhamatouhou » (Son Excellence), pour le remplacer par celui de +Monsieur+, battant en brèche tout comportement ou attitude relevant de la flagornerie ».

Une atteinte à l’image du chef de l’Etat. Une scène qui n’est pas sans « rappeler à l’esprit des Algériens une époque disgracieuse » dénonce la direction générale de la communication qui désavoue « ce mauvais comportement qui n’a rien à voir avec la façon de penser du président de la République », et encore moins avec « les nouvelles pratiques qu’il tente d’inculquer depuis son accession à la présidence de la République ».

D’autant, précise le communiqué, que « c’est le chef de l’Etat en personne qui avait exigé de bannir le terme «Fakhamatouhou» dans la nouvelle Algérie».

Lors de son discours d’investiture en 2019, le chef de l’Etat avait demandé à ce que son évocation ne soit plus précédée du terme « fakhamatouhou» dont était affublé son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika. Il a ordonné également de rompre avec toutes les pratiques de flatterie qui portent atteinte à leurs auteurs, à la personne flattée et à l’image de l’Algérie. L’une de ces pratiques, était d’ «honorer» un cadre à son effigie, en lui remettant toutes sortes de présents.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email