-- -- -- / -- -- --
Nationale

Accusé de détournement: l’inspecteur de la poste de Belcourt innocenté

Accusé de détournement: l’inspecteur de la poste de Belcourt innocenté

Faute de preuves légales et matérielles le mettant en cause, l’inspecteur de la poste de Belcourt a été purement et simplement innocenté par le président du tribunal correctionnel d’Alger. Le concerné a, tout au long de son audition par le juge chargé de la section des flagrants, nié avoir participé dans le détournement des pensions des retraités, opération frauduleuse effectuée par un ex-agent de sécurité.

Ce dernier se présentait au guichet et procédait au retrait d’un compte postal courant appartenant à une femme décédée tout en faisant croire à ses collègues que la vieille est encore vivante. L’intéressé qui jouit d’une bonne réputation que ce soit au niveau du quartier soit au sein de la poste a, par ailleurs, a clamé son innocence lors des débats en déclarant à la direction du président : « Je ne comprends pas comment je me retrouve inculpé dans une affaire qui ne me concerne ni de près ni de loin. Je fais l’objet monsieur le président d’un coup bel et bien monté par l’agent de sécurité qui était de convenance avec le fils de la défunte.

J’ai sacrifié toute ma jeunesse au service de la poste pour recevoir en guise de reconnaissance une poursuite judiciaire en matière pénale et avec une grave accusation à savoir : abus de confiance et détournement des pensions des retraités ! » Pour rappel, pas moins de 10 employés dont le receveur de l’agence postale de Mohamed Belouizdad (ex-Belcourt) ont été présentés le 17 mai dernier devant le procureur de la République du tribunal de Sidi M’Hamed sis à la rue AbaneRamdane.

L’agent de sécurité et l’inspecteur, étaient poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation entre autres détournements de fonds et faux et usage de faux dans des documents administratifs et comptables. Les sommes dérobées selon les premiers éléments de l’enquête judiciaire varient entre 20 et 50 millions de centimes. Les prévenus ont nié devant le procureur de la République tous les faits reprochés à leur encontre, ce qui a poussé ce dernier de solliciter à son collègue, en l’occurrence le juge d’instruction près la même juridiction, l’ouverture d’une instruction judiciaire.

Le juge en question a ordonné après audition de placer l’agent de sécurité de l’agence postale sous mandat de dépôt à l’établissement pénitentiaire de BabEdjedid (ex-Serkadji) et l’inspecteur sous contrôle judiciaire,. Il convient de signaler que le procureur de la République a introduit un appel à la chambre pénale de la cour d’Alger pour demander la révision du verdict prononcé en faveur du mis en cause.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email