-- -- -- / -- -- --
Nationale

Accusations d’achat de signatures de parrainage : L’ANIE ouvre une enquête

Accusations d’achat de signatures de parrainage : L’ANIE ouvre une enquête

Des suspicions autour de malversations éventuelles auxquelles auraient recouru les candidats à la présidentielle du 12 décembre, en payant pour la signature des formulaires de parrainage, se font déjà sentir. Des soupçons qui poussent l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) à sortir de son silence.

C’est ce qu’explique la sortie du chargé de communication de l’ANIE Ali Draâ, ce mardi signifiant que l’autorité procède à une enquête afin de vérifier, sur le terrain, la véracité de ces pratiques malhonnêtes.

Le président de l’ANIE Mohamed Charfi, a adressé des correspondances à l’ensemble des délégués régionaux afin qu’ils interviennent en fonction des plaintes déposées à ce sujet.

Parmi les candidats à la candidature ayant émis des critiques sur les procédures de validation des signatures figurent Fares Mesdour et Slimane Bekhlili, qui dénoncent « la vente des signatures à des prix effarants au profit des candidats qu’ils estiment du pouvoir ». Face à ces déclarations et ces accusations, relève Ali Draâ, l’ANIE devrait intervenir et agir pour s’assurer du bien-fondé de ces requêtes et laisser la justice faire son travail.

Et d’expliquer : « Le but de nos interventions est de mettre en place un dialogue et une communication qui reflètent le travail de l’ANIE quotidiennement, notamment lorsque celle-ci répond aux préoccupations des candidats lors de l’opération d’authentification des formulaires de signatures, pour laquelle nous sommes intervenus à chaque plainte reçue dans ce sens. »

Il a fait savoir dans la foulée que le nombre des prétendants qui ont retiré des imprimés de parrainage a atteint 140. « L’affluence des candidats à l’ANIE pour retrait des formulaires a connu une baisse en comparaison avec le nombre enregistré au début du lancement de cette opération », tient-il à faire remarquer.

Par ailleurs, le travail de l’ANIE a été mis en exergue, notamment en ce qui concerne ses interventions au niveau de ses démembrements locaux. C’est ce qu’a tenté de clarifier Kaouther Krikou membre de l’Autorité : « A travers ses sorties, et au vu des plaintes qui nous sont parvenues des candidats dénonçant certaines pratiques où des candidats auraient versé des contreparties financières pour les signatures de leurs formulaires, le président de l’ANIE Charfi et les membres ont décidé, en plus des mesures prises lundi dernier, de procéder à l’ouverture d’ enquêtes autour de ces malversations, avant de les transmettre à la justice afin de prouver l’existence ou non des infractions aux lois organiques des élections, car nous n’allons pas attendre que ces pratiques se répandent à d’autres wilayas ». Cependant, nos tentatives de joindre Fares Mesdour pour de plus amples informations sur ces accusations étaient vaines. Ce dernier était injoignable toute la journée d’hier.

De son côté, Rachid Beremdane, membre de la commission juridique de l’Autorité, explique que sur le plan juridique, hormis l’introduction des deux lois organiques portant sur l’installation de l’Autorité indépendante des élections, le rôle de ladite Instance consiste également à faire un travail de préparation pour la refonte de la loi électorale en profondeur, car à travers son application nous avons constaté « plusieurs zones d’ombre et de vides juridiques ».

Evoquant le déroulement de l’opération de révision des listes électorales, Beremdane a tenu à signaler « un engouement remarquable sur les bureaux de révision ». Cela dénote, selon ses dires, la volonté des Algériens à aller vers ce scrutin pour un changement démocratique ; c’est du moins ce que nous avons constaté lors de l’installation des délégations de wilaya.

Estimant que l’un des rôles importants de l’Autorité des élections est de rétablir la confiance entre les citoyens car l’objectif aujourd’hui est d’élire un Président qui traduise le choix du peuple, ce qui va lui donner la légitimité et la force d’ouvrir, une fois élu, les dossiers lourds telles la révision de la Constitution, et d’entreprendre des réformes profondes dans tous les domaines.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email