-- -- -- / -- -- --
Nationale

Accidents de la route : Une moyenne de 250 morts par mois

Accidents de la route : Une moyenne de 250 morts par mois

Les routes du pays continuent d’engendrer de nombreux décès et une longue liste de blessés, malgré une baisse du nombre d’accidents cette année, comme le prouve le dernier bilan de la Gendarmerie nationale sur les dix derniers mois dévoilé hier. Les multiples efforts déployés par la Gendarmerie nationale pour lutter contre l’hécatombe routière sont derrière cette baisse, note la Gendarmerie.

Sans compter le bilan de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), attendu dans les prochains jours, le Commandement de la Gendarmerie nationale et par le biais de sa direction de la communication a, quant à lui, dévoilé hier le bilan des accidents routiers allant de janvier à octobre, dans lequel il indique le décès de 2 505 personnes et 15 963 autres blessées à travers 9 194 accidents. 

Il a, par ailleurs, annoncé une baisse considérable du nombre d’accidents enregistrés au cours des dix premiers mois de l’année 2017 par rapport à la même période de l’année 2016.
En chiffres, 9 194 accidents de la route ont été recensés entre janvier et octobre 2017 contre 12 688 dénombrés durant la même période de 2016, soit une baisse de 3 494 accidents.

Une diminution expliquée par le durcissement des lois punitives et l’augmentation des amendes infligées, depuis un an, par les pouvoirs publics aux mauvais usagers de la route. C’est d’ailleurs grâce à ces mesures punitives que le nombre de morts et de blessés recensés cette année sur les routes a baissé respectivement de 13% et 30% par rapport à l’année 2016.

En effet, 2 505 morts ont été dénombrés en 2017 contre 2 867 en 2016, et 15 936 blessés en 2017 contre 22 774 en 2016. Parlant des causes qui provoquent autant d’accidents de la circulation, de morts et de blessés, la Gendarmerie nationale, et à travers son communiqué d’hier, a pointé du doigt la responsabilité de l’être humain (entre conducteurs et piétons) qui est, selon elle, derrière 94% des accidents.

Certes, d’autres causes sont derrière cette hécatombe, mais elles ne représentent que 14%, entre autres l’état des véhicules qui représente 5% de la moyenne des accidents routiers, puis l’état des routes qui ne représente que 3%.

Le bilan de la Gendarmerie nationale a indiqué que les causes humaines sont derrière 8 530 sur les 9 194 accidents de la circulation en 2017.

De nombreux automobilistes impliqués dans des accidents de la circulation conduisaient soit en état d’ivresse pour certains ou sous l’influence des stupéfiants (kif traité, psychotrope et même drogues dures) pour d’autres. Perdant le contrôle de leur esprit suite aux effets des drogues ou de l’alcool, des centaines de conducteurs ont provoqué des accidents, souvent mortels. Le phénomène prend une proportion alarmante.

L’excès de vitesse et les dépassements dangereux restent incontestablement les manœuvres les plus dangereuses régulièrement tentées par les automobilistes. Ces deux causes sont derrière 50% des accidents sur les dix mois passés. Elles ont provoqué 4 523 sur les 9 194 accidents de la circulation durant ladite période.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email