-- -- -- / -- -- --
Nationale

Des appels à durcir d’obtention du permis de conduire

Des appels à durcir d’obtention du permis de conduire

Malgré les mesures prises par les pouvoirs publics et l’Etat pour renforcer la sécurité routière et réduire les accidents de la route, ces derniers ont enregistré une importante hausse qui endeuille jour après jour des familles. Une situation qui, notamment, pose avec acuité le problème de la formation des conducteurs au sein des auto-écoles.

Sans aucun doute, l’obtention d’un permis de conduire est de nos jours une démarche des plus aisées dans notre pays. Une démarche clandestine qui permet à de nombreux candidats l’acquisition de ce permis facilement. Abondant dans ce sens, le président de l’Association nationale de prévention routière, Moussa Saleh, tire la sonnette d’alarme et interpelle les autorités afin qu’elles multiplient les efforts ne serait-ce que pour freiner un peu l’hécatombe, soulignant que les accidents de la route ont connu une hausse de 46% en comparaison avec l’année passée, soit avec une moyenne de 10 000 accidents.

Moussa Saleh, qui intervenait ce samedi sur les ondes de la Radio nationale, a appelé à revoir les mécanismes de le sécurité routière à travers, notamment, la révision du système de formation et d’examen au sein des auto-écoles et revoir aussi les conditions d’obtention du permis de conduire. Il suggère également l’intégration de l’éducation routière dans les programmes des trois cycles de l’éducation. Par ailleurs, l’intervenant a proposé de durcir les mesures de délivrance des permis de conduire en augmentant l’âge à 21 ans pour la catégorie B (poids léger) et 26 ans pour le catégorie poids lourd. à ce propos, il a souligné que la plupart des accidents sont causés par des jeunes de 18 à 29 ans.

L’invité de le radio a également indiqué que son association a mis en place, tout au long de l’année, un programme de sensibilisation contre les accidents de le circulation, appelant, en même temps, à reconsidérer les méthodes de sensibilisation qui, selon lui, n’ont pas eu l’effet escompté à ce jour. Aussi, le président de l’Association de le prévention routière a suggéré l’inclusion du code de le route dans les programmes scolaires des trois paliers de l’éducation, à savoir le primaire, le moyen et le secondaire. Il faut reconnaître qu’en Algérie, la conduite automobile s’effectue dans une anarchie totale et se caractérise d’un incivisme hallucinant qui, ces dernières années, a eu pour conséquence une augmentation désastreuse des accidents de la circulation.

Plusieurs mesures ont été prises par les autorités compétentes afin de lutter contre ce phénomène qui ne cesse d’endeuiller des familles entières. Il s’agit notamment de durcir l’arsenal législatif en matière de circulation routière. Néanmoins, malgré tous ces efforts, louables à plus d’un titre, il reste encore à renforcer encore plus ce dispositif, notamment en rendant obligatoire le port du casque pour les motards et en sanctionnant les excès de vitesse ainsi que les comportements dangereux de certains automobilistes qui ne respectent pas le code de la route.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email