Accidents de la circulation  : Vers l’amendement du code de la route  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Accidents de la circulation  : Vers l’amendement du code de la route 

Accidents de la circulation  : Vers l’amendement du code de la route 

Le pays enregistre une hausse sans précédent dans le nombre d’accidents de la route. Un état de fait qui exige une révision de la stratégie dans la prévention routière et de multiplier les campagnes de sensibilisation, notamment par les associations de prévention routière et les pouvoirs publics, et ce afin de trouver des solutions efficaces pour endiguer ce phénomène. 

Dans le dernier bilan de la Protection civile, du 3 au 9 juillet, 41 personnes sont décédées et 1 652 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation, survenus à travers plusieurs wilayas du pays. De ce fait, plusieurs associations plaident pour le changement du comportement des usagers de la route, considérés comme premiers responsables de cette tragédie, et ce en formant le grand public au code de la route et au secourisme, et en incluant l’éducation routière dans le milieu scolaire.

Le président du bureau d’Alger de l’Association nationale de prévention routière, Moussa Salah, a appelé à la nécessité de reconsidérer l’ensemble du système de circulation, suggérant de relever l’âge d’obtention du permis de conduire à 21 ans pour la catégorie B et 26 ans pour les poids lourds. Il a ajouté que la plupart des accidents sont causés par des jeunes âgés entre 18 et 29 ans. 

Ces propositions visent en premier lieu à diminuer les accidents. Selon les données statistiques de 2021, le facteur humain est la principale cause de l’ensemble des accidents routiers enregistrés, avec un taux de 96 %. 

Il convient de relever que l’administration a une grande part de responsabilité dans ces accidents, à cause de l’absence de plaques et de panneaux de signalisation adéquats, de la mauvaise réalisation des routes, qui sont non conformes aux normes internationales, ainsi que de la prolifération de dos d’ânes anarchiques. 

De son côté, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire œuvre, en coordination avec ses partenaires activant dans le domaine de la sécurité routière, « à cibler les chauffeurs de bus pour les sensibiliser constamment à la nécessité de respecter le code de la route », rappelant que les bus assurant les longues distances étaient à l’origine de 494 accidents de la route en 2021.

Les accidents causés par les bus viennent, selon les statistiques, en quatrième position et sont engendrés, notamment, par le facteur humain en raison de l’excès de vitesse, du dépassement dangereux et du non-respect de la priorité et de la distance de sécurité.

Hier, le commissaire divisionnaire de police, sous-directeur de la sécurité routière à la DGSN, Rachid Ghezli, a annoncé la mise en place d’une commission technique dirigée par le ministère de la Justice pour revoir la loi en vigueur sur la sécurité routière. 

En effet, lors de son passage sur les ondes de la radio algérienne Chaine 3, M. Ghezli a fait savoir qu’une autre recommandation pour le renforcement de l’arsenal répressif a été formulée par la DGSN, avec la mise en place d’un fichier lié aux infractions.  

« Il faudra mettre en place un fichier lié aux infractions, aux contrevenants et aux récidivistes. Ceci permettra de réguler la tarification pour les conducteurs ayant commis des infractions. La manière dont on réprime un primo-infractionniste n’est pas la même manière pour un récidiviste », a-t-il expliqué. Selon lui, la formation qui précède la délivrance du permis de conduire doit être renforcée.  

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email