-- -- -- / -- -- --
Nationale

Abdelmalek Sellal à Washington pour le sommet sur la sécurité nucléaire

Abdelmalek Sellal à Washington pour le sommet sur la sécurité nucléaire

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal, représentant le Président de la République Abdelaziz Bouteflika, se trouve à Washington où il a participé, jeudi et vendredi, au sommet sur la sécurité nucléaire. « Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a chargé le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, de le représenter au sommet sur la sécurité nucléaire qui aura lieu à Washington (Etats-Unis d’Amérique), les 31 mars et 1er avril 2016, précise le communiqué.

Le Premier ministre sera accompagné du ministre de l’Energie, Salah Khebri, indique un communiqué de la présidence de la République. Durant son séjour dans la capitale américaine, M. Abdelmalek Sellal a rencontré plusieurs personnalités dont le Président turc, Recep Tayyip Erdogan. Les discussions avec Erdogan, qui ont eu lieu quelques heures avant l’ouverture du sommet sur la sécurité nucléaire, se sont déroulées en présence du ministre de l’Energie, M. Salah Khebri, et de l’ambassadeur d’Algérie à Washington, M. Madjid Bougarra. Auparavant, le Premier ministre a reçu la vice-présidente du groupe de la Banque mondiale, Mme Sri MulyaniIndrawati, ainsi que cinq dirigeants des grands groupes américains juste après son arrivée mercredi à Washington. Le Président américain M. Barack Obama, a ouvert jeudi soir à Washington, le quatrième sommet sur la sécurité nucléaire, consacré en grande partie au désarmement pour lequel la Maison-Blanche veut des actions concrètes dans la réduction des armes de destruction massive. Une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernements, dont le Premier ministre M. Abdelmalek Sellal, prennent part à ce quatrième sommet, vraisemblablement le dernier du genre après ceux tenus à Washington en 2010, à Séoul en 2012 et à La Haye en 2014. La menace nucléaire « posée par la Corée du Nord » va planer sur ce sommet initié par Barack Obama, qui va tenter de convaincre son homologue chinois, M. Xi Jinping, de faire pression sur son voisin
nord-coréen pour l’amener à renoncer à son programme nucléaire. Selon le dernier rapport de l’organisation américaine NuclearThreatInitiative (NTI), publié la semaine dernière à Washington, les progrès pour sécuriser, réduire et éliminer les matières nucléaires à des fins militaires, comme l’uranium hautement enrichi et le plutonium, ont été considérablement ralentis ces deux dernières années. L’Agence internationale de l’énergie atomique a mis en garde, samedi dernier, contre le terrorisme nucléaire en avançant que l’organisation autoproclamée Etat islamique était en mesure de confectionner aisément une ½ bombe sale. L’AIEA n’explique pas comment Daech a pu mettre la main sur les « outils » de fabrication d’une bombe atomique et n’a pas jugé utile d’informer les pays potentiellement ciblés par l’organisation terroriste. Doit-on s’attendre à des attaques visant des pays arabes ? Le sommet, qui n’a rien dit sur l’arsenal nucléaire israélien qui serait doté de plus de 200 têtes nucléaires braquées sur les capitales arabes et musulmanes, a été marqué par l’absence de la Russie, Moscou ayant annoncé, dès 2014, qu’elle n’allait pas prendre part à cette édition en dénonçant le rôle prépondérant qu’y jouent les Etats-Unis. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email