-- -- -- / -- -- --
Nationale

Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison ferme

Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison ferme

La présidente du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed, spécialisé dans le traitement des affaires liées à la malversation a prononcé, ce mercredi, 15 ans de prison ferme contre l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, assortis d’une amende de 8 millions de dinars.

La présidente a prononcé une peine de deux ans de prison ferme assortis d’un million de dinars d’amende contre l’épouse du général-major Hamel, Salima Annani.

Le fils aîné de l’ex-DGSN, Amiar, a été condamné à 10 ans de prison ferme. La présidente lui a infligé une amende de six millions de dinars.

Son deuxième fils, Mourad, a été condamné à 7 ans de prison ferme assortis d’une amende de 5 millions de dinars.

Dans le cadre de la même affaire la juge a condamné Chafik Hamel à 8 ans de prison et à une amende de 5 millions de dinars.

Quant à Chahinaz Hamel, elle a été condamnée à 3 ans de prison ferme et à une amende de 5 millions de dinars.

Les sociétés appartenant aux enfants de Hamel ont également été condamnées à verser une amende de 32 millions de dinars.

La présidente a, par ailleurs, condamné Abdelmalek Boudiaf l’ex-ministre de la Santé à 3 ans de prison assortis d’une amende d’un million de dinars.

La même peine a été prononcée contre l’ancien wali d’Oran et ancien ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaalane.

L’ancien wali de Tlemcen, Zoubir Bensebane, a été condamné à 3 ans de prison,

Quant à l’ex-directeur général de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) d’Hussein Dey, Mohamed Rehaimia, il a été condamné à 3 ans de prison ferme et à une amende de 500 000 dinars.

Pour rappel, l’ex-DGSN Abdelghani Hamel et l’ensemble de sa famille étaient poursuivis dans plusieurs affaires de corruption, principalement liées au « blanchiment d’argent, enrichissement illicite, trafic d’influence et obtention de foncier par des moyens illégaux ».

Les avocats de la défense des mis en cause ont décidé d’introduire des appels auprès de la chambre pénale de la cour d’Alger pour la révision des peines prononcées contre leurs clients, car ils estiment que « ces dernières sont lourdes ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email