-- -- -- / -- -- --
Nationale

Abattage durant l’Aid El Adha : Les Oulémas tranchent

Abattage durant l’Aid El Adha : Les Oulémas tranchent

L’Association des Oulémas musulmans a enfin réagit et a tranché sur la question de l’annulation ou non de l’abattage de l’Aïd El Adha, qui coïncide cette année avec la pandémie du coronavirus. Le rituel du sacrifice du mouton est maintenu et ne peut être annulé, selon une fatwa émit par l’instance religieuse .

Pour mettre fin à la polémique, créée autour de l’annulation du sacrifice de l’Aid El Adha ou son maintien, et qui a préoccupé les algériens ces derniers jours , les Oulémas musulmans ont émis une fatwa affirmant que le rituel du sacrifice ne peut-être remplacé par l’aumône « la Sadaquah ».
Pour le président de l’Association des Oulémas musulmans, Abderrezzak Guessoum, « le sacrifice est un rite religieux qui date de notre prophète Ibrahim et notre nation y tient ».
Il a suggéré que les membres de son Association rencontrent ceux du Comité scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, « dans le but de recueillir l’avis scientifique et médical, et avec des preuves, pour pouvoir émettre des fatwas qui, j’espère, seront compatibles avec celles de la Commission des fatwas du ministère des Affaires religieuses ».

Selon les Oulémas musulmans, il n’est pas permis de remplacer le sacrifice rituel du mouton par « la sadaqah » ou aumône. Ils invitent, par ailleurs, les croyants à accomplir les deux rites : « sacrifice et sadaqah ».
Il faut dire que le maintien de ce rite qui revête d’une grande importance chez les musulmans en général et les algériens en particulier, devrait être accompagné de mesures de prévention exceptionnelles , notamment dans la vente des moutons et au moment du sacrifice.

Cette fête religieuse est généralement synonyme de regroupement et de contacts entre les familles et même entre voisins. Le risque d’une éventuelle accélération de la propagation du virus est importante. Tels sont les arguments de la communauté scientifique, qui craint une explosion de nombre de cas juste après l’Aid El Adha.
La situation épidémiologique alarmante compte tenu du nombre, sans cesse en augmentation, des nouvelles contaminations au coronavirus, a poussé certaines parties à proposer l’annulation de la célébration de Aïd Al-Adha, notamment l’abattage, en guise de mesure de prévention contre la propagation de l’épidémie.

Ce qui a suscité la colère des hommes de religion, qui se sont opposés à cette proposition, à l’instar la Commission ministérielle de la fatwa. Cette dernière s’est opposée catégoriquement à l’annulation de l’abattage durant cette fête religieuse.

Toutefois, la Commission a fait savoir que la célébration de El Adha, dépendrait de l’évolution de la situation sanitaire et des recommandations du Comité scientifique. Pour rappel, la recrudescence des cas avait commencé au lendemain de la fête de l’Aid el Fitr, juste après le mois de ramadan. A cet effet, les autorités du pays craignent, à juste titre, que le même scénario se reproduise avec la fête de l’Aid el Adha, qui sera célébrée dans deux semaines.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email