-- -- -- / -- -- --
Monde

A Riyad, contre les comploteurs

A Riyad, contre les comploteurs

Autre fait important de la semaine, cette mission spéciale de Tayeb Belaiz, ministre d’Etat conseiller spécial du président de la République porteur d’un message d’Abdelaziz Bouteflika au roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud.

« D’aucuns pourraient croire à tort que des positions exprimées par l’Algérie à propos de certaines questions sensibles sur la scène arabe, voire régionale, s’opposent à celles de nombre de ses partenaires arabes, mais en fait les positions de l’Algérie trouvent leur essence dans son legs historique, depuis la guerre de libération, consacrant le principe de non-ingérence dans les affaires internes d’autres pays ». 

Pour les observateurs avertis qui savent qu’Alger n’a pas l’habitude d’envoyer des émissaires pour de simples messages de courtoisie, l’audience accordée à Tayeb Belaiz auprès du Serviteur des Lieux Saints fait partie d’une contre-offensive de l’Algérie visée par un tandem de pays qui développent de regrettables inimitiés en raison d’intérêts étroits.

Ne voulant pas révéler pour l’instant de quels Etats il s’agit, une source diplomatique nous a fait part d’une initiative hostile de deux capitales projetant d’isoler l’Algérie au niveau de la Ligue arabe dans un premier temps pour l’atteindre aussi au sein de l’UA où elle jouit d’un respect et de la confiance à la hauteur de son engagement pour la paix et le développement du continent. On comprend donc à la lumière de ce témoignage les termes utilisés par le président de la République Abdelaziz Bouteflika dans son message au roi de l’Arabie Saoudite  : « Je veille personnellement ces liens (relations de qualité entre les deux pays-NDLR) demeurent préservés en dépit des tentatives de parties malintentionnées ».

Pour que le chef des chefs de la diplomatie algérienne, Abdelaziz Bouteflika, évoque des « parties malintentionnées » il a fallu que de vilaines manigances contre l’Algérie soit remontées jusqu’à El Mouradia. On suppose, dans quelques cercles initiés à la géopolitique, qu’un voisin dérangé dans son entreprise colonialiste depuis 1975 par la visite de Ban Ki Moon et le soutien d’Alger à la cause sahraouie, ne serait pas étranger à ce complot exposé à Ryiad.

Un coup bas qui aurait eu le soutien d’Ankara pas contente de la visite récente du ministre syrien à Alger et de la position algérienne sur le conflit qui a détruit la Syrie. On dit aussi qu’Alger a prévu de répondre directement, le moment venu, à ces pays frères malintentionnées. A suivre.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email