-- -- -- / -- -- --
Nationale

A quand la réouverture des frontières ?

A quand la réouverture des frontières ?

Fermées depuis le 17 mars dernier à cause de la pandémie du coronavirus, les frontières algériennes restent toujours fermées. La question qui intéresse tant la diaspora algérienne ne semble pas être à l’ordre du jour du Comité scientifique chargé de suivi de la pandémie. C’est du moins ce que laisse entendre un de ses membres.

« Rien ne nous a été soumis, du moins à ma connaissance. Peut-être dans les prochains jours. Nous n’avons absolument pas discuté de cette question ». C’est ce qu’a indiqué Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil de l’ordre des médecins et membre du Comité scientifique dans sa déclaration à un site d’information. Affirmant la validation du protocole sanitaire relatif au référendum sur la Constitution, prévu pour le 1er novembre, il signale que concernant l’ouverture des frontières, le Comité n’a pas encore été saisi. « Nous n’avons pas encore été saisis par les autorités », a-t-il précisé. Or, la veille, le ministre des Affaires étrangères qui a été interrogé par France 24, sur l’ouverture des frontières, une question qui intéresse tant les ressortissants algériens, a signalé la compétence du Comité scientifique. « Il y a un Comité scientifique qui décide selon les données et c’est lui qui recommande au gouvernement, notamment sur l’ouverture des frontières », a indiqué Sabri Boukadoum, qui souligne la primauté du principe de précaution en ces temps de coronavirus. Par ailleurs, Mohamed Bekkat Berkani suggère une ouverture progressive des liaisons aériennes et maritimes, d’autant que l’Algérie ne peut rester isolée du reste du monde. Il préconise une ouverture par pays ou par régions géographiques en fonction de la situation sanitaire. Il affirme cependant que cette décision est du seul ressort des pouvoirs publics.

Entre temps, la diaspora algérienne continue de multiplier les appels et plaide pour l’ouverture des frontières. Une pétition est même lancée par des algériens de l’étranger qui déplorent une situation qui « n’a que trop durer ». On motive cette position par le fait qu’ « on ne peut pas être isolé indéfiniment », et « il suffit juste de prendre les mesures adéquates comme l’ont fait plusieurs pays à travers le monde ». D’autres estiment qu’ils sont victimes de cette situation évoquant des motifs personnels. En effet, ils sont nombreux à exprimer leur souhait de venir en Algérie, rien que pour voir les siens, surtout que certains ont perdu, durant ce confinement, un parent ou un proche. Pour d’autres, cette mesure a causé l’arrêt de leur activité commerciale. « Je signe la pétition pour l’ouverture des frontières, car mon business en dépend », note-t-on encore. La diaspora n’ignore cependant pas le danger que représente la COVID-19. Ils se disent prêts à se soumettre au protocole sanitaire mis en place, comme cela s’est fait dans le cadre des vols de rapatriement.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email