Qualificatifs pour le Mondial 2026 : le rêve américain continue pour les verts – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Sports

Qualificatifs pour le Mondial 2026 : le rêve américain continue pour les verts

Qualificatifs pour le Mondial 2026 : le rêve américain continue pour les verts

Quels enseignements tirer alors de ce périlleux déplacement dans la lointaine Kampala où les attendait de pied ferme un client ougandais qu’on savait modeste mais subitement ragaillardi par la « leçon » guinéenne qui a finalement servi d’onde de choc ? Mis le groupe devant ses responsabilités. Un groupe au moral au plus bas. Décidé à réagir, mais comment ?

Un couac pour commencer. Pire, un bide dans leurs terres suivi d’une bronca dans les travées de Nelson Mandela- Baraki, le public atterré, le leur fera sentir. Il n’y avait rien à dire pour un ratage qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Sur fonds de craintes justifiées, l’EN ayant perdu son âme en ratant, en plus, une occasion inespérée de prendre définitivement option sur un retour au Mondial après une prestation qui a étonné plus d’un observateur sanctionné par un retour sur terre brutal devant, en plus, un concurrent direct pour la 1ère place.

Puis vint l’étape de Kampala. Pas dans le meilleur des contextes, l’opinion, circonspecte, croisant les doigts pour ses favoris et espérant une réaction comme le promettront les joueurs. Un groupe moralement atteint mais se montrant prêts à la réhabilitation même si le « piège » ougandais, presque décisif même s’il reste encore beaucoup de chemin à faire, n’augurait rien de bon lorsqu’on déroule justement le film du choc face à la Guinée. Une défaite amère et à questions, Mandi et ses camarades rendant une pâle copie. Rien donc pour rassurer.

Quels enseignements tirer alors de ce périlleux déplacement dans la lointaine Kampala où les attendait de pied ferme un client ougandais qu’on savait modeste mais subitement ragaillardi par la « leçon » guinéenne qui a finalement servi d’onde de choc ? Mis le groupe devant ses responsabilités. Un groupe au moral au plus bas. Décidé à réagir, mais comment ? La réponse ne s’est pas faite attendre. Sur le plan comptable notamment avec les trois points qui permettent de souffler momentanément et de partir en vacances l’esprit plus tranquille après une victoire certes difficile mais qui lui permet de sortir la tête de l’eau et reprendre le leadership de la poule « G » en compagnie du Mozambique parti à Conakry remettre à sa véritable place le « Syli National », le concurrent direct dans la course au billet qualificatif.

Trois unités à l’extérieur ça requinque le mental pour des Fennecs dans le doute et en besoin pressant de se rassurer et de rassurer leurs fans pas encore remis de la douloureuse campagne de CAN de Côte d’Ivoire à laquelle est venue s’ajouter cette gifle guinéenne qui enfoncé le clou. Trois points qui font du bien. Et c’est tout. Car il faudra maintenant se remettre sérieusement en cause pour les joueurs, et au travail pour un staff qui sait maintenant ce qu’est vraiment le football africain. Ses réalités. Rien à voir avec les compétitions sur le Vieux Continent, comme il est vrai que ce qu’il a trouvé (côté mentalités surtout) en Equipe d’Algérie, est un autre monde comparativement à ce qu’il a connu en sélection de Suisse. 

 Le meilleur à venir ? 

Vladimir Petkovic, tout nouveau tout beau espérait sûrement connaître une meilleure entame en « officiel » n’eut été la douche guinéenne. Un sérieux avertissement que ne peut faire oublier la victoire (1-2) en Ouganda où tout n’a pas été, loin s’en faut, parfait même si le résultat technique, encore une fois, a « répondu » aux attentes Et ce n’est pas le problème, le contenu de la partie posant de sérieuses questions. Peu convaincant dans l’ensemble.

Notamment lors de ce premier half où Mandi and Co se sont montrés psychologiquement fragiles (La Guinée sûrement ?), dans le doute, défensivement très fébriles, peu inspirés, avec en plus trop de déchets pour un onze renfermant en son sein de brillantes individualités. Un-zéro à l’appel de la pause-citrons. Pas cher payé car la note aurait pu être plus salée, les « crânes » manquant à plusieurs reprises de faire le trou.

Le Ko évité de justesse, les Algériens, reviennent heureusement des vestiaires avec de bien meilleures intentions. Le discours tenu par le coach comme il le dira en après-match ? Ce qui est sûr c’est que Aouar, Benrahma, nos deux buteurs du jour, Bennacer, Mandrea, méconnaissables pourtant durant 45 longues et interminables minutes, vont réagir efficacement en renversant des adversaires subitement éteints.

Une victoire ça ne peut que faire du bien mais la barre technique, en panne de solutions durant trois mi-temps (en comptant bien sûr les deux de la Guinée sèchement sanctionnées), a tout le temps de faire les comptes et tirer les enseignements qui s’imposent, la dure campagne mondialiste ne reprenant que dans neuf mois (en mars 2025).

Assez pour ne pas se tromper dans ses choix techniques et surtout celui des éléments avec lesquels il compte continuer l’aventure. En nous évitant cette polémique autour de certains noms (bonjour Mahrez et consorts) oubliés dans la liste de ce mois de juin pas comme les autres ? Des erreurs d’appréciation qui peuvent énormément servir pour un coach qui travaillera sur ses premières erreurs pour en éviter d’autres et mener à bien les nombreux chantiers lancés. Lui et ses joueurs savent plus que jamais à qui s’en tenir !

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email