-- -- -- / -- -- --
Nationale

A la recherche d’un front uni et solidaire

A la recherche d’un  front uni et solidaire

C’est aujourd’hui que les membres de l’Instance de concertation et de suivi (ICS) vont trancher la date et le lieu du sommet de l’opposition. Cette dernière devra décider également du contenu de la charte politique, ainsi que de l’enrichissement de la plate-forme dite de Mazafran 1, dont les plus importants points sont la création d’un organe indépendant chargé de l’organisation et de la supervision
des élections et l’instauration d’une période de transition politique négociée et pacifique.

Cette réunion, qui aura lieu au siège du mouvement El Bina, devra également permettre aux différents acteurs de l’opposition de régler leurs montres politiques, d’autant que deux facteurs exogènes ont surgi sur la scène nationale et qui semblent vouloir favoriser les points de vue, jadis divergents ou carrément contradictoires : la crise économique et ses retombées sur la politique gouvernementale (vote aux forceps de la loi des finances 2016) et la situation politique due aux récentes poursuites judiciaires et aux procès en cours contre d’anciens officiers supérieurs de l’appareil sécuritaire.

²Selon toute vraisemblance, les acteurs de l’ICS, qui s’opposaient sur plusieurs questions, connaissent une convergence de vue depuis que les débats politiques se sont glissés vers des thèmes plus délicats et stratégiques.

Pour les observateurs avertis, aussi bien chez la Coordination nationale des libertés (CNLTD) que chez le Pôle des forces du changement, l’impression est que le moment est propice pour réviser la plate-forme de Zéralda (au moins quelques dispositifs ou passages qui pourraient être sources de litiges ou de divisions), mettre en place une « éthique » que les signataires devraient respecter et surtout ouvrir les voies vers un élargissement de ce front de l’opposition vers d’autres formations, des organisations ou des personnalités d’envergure nationale. 

C’est d’ailleurs ce dernier point qui fera l’objet de vives discussions, d’autant que certains membres de l’ICS insistent sur l’ouverture de l’opposition aux signataires de la lettre des 19-4.

Un chef de parti qui s’oppose radicalement au pouvoir a rencontré récemment Lakhdar Bouregaâ, ancien dirigeant historique de la guerre de libération et l’un des parrains de la fameuse demande d’audience adressée à Bouteflika.

Selon nos sources, Bouregaâ aurait donné son accord pour assister au sommet de l’opposition et expliquer la démarche et l’objectif de la lettre controversée adressée au chef de l’Etat. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email