-- -- -- / -- -- --
Nationale

A Constantine, l’austérité domine le prochain scrutin

A Constantine, l’austérité domine le prochain scrutin

A Constantine, peu de signes témoignent de la tenue prochaine d’élections. Hormis les panneaux d’affichage placés « anarchiquement « un peu partout à travers les quartiers de la ville, ou encore les affiches incitatives invitant les électeurs à accomplir le 4 mai prochain leur devoir citoyen, les acteurs semblent pour le moment effacés.

Les Constantinois, préoccupés par leur quotidien difficile, semblent n’accorder que peu d’intérêt à ce qui se prépare. Les prochaines législatives, dont le coup d’envoi de la campagne électorale est prévu ce dimanche, n’arrivent pas encore à accrocher le citoyen lambda plongé dans sa course pour la survie, en l’absence d’animation « électoraliste « notamment au centre-ville.

Jadis, les partis en lice pouvaient se permettre des permanences de luxe en plein centre-ville pour y siéger durant la campagne. En ces temps d’austérité, d’aucuns constatent que parmi les grosses cylindrées, rares sont celles qui ont opté pour des locaux au mieux dans les quartiers périphériques.

Une situation qui semble aussi avoir concouru à maintenir les habitants de la cité des Ponts loin du brouhaha habituel lorsque chants patriotiques et autres invitations à voter pour tel ou tel parti résonnaient à longueur de journée au centre de la cité. Il n’est pas futile de rappeler que la capitale de l’Est reste un des principaux baromètres des joutes électorales.

Bien que parmi les candidats en course, d’aucuns s’accordent à dire qu’aucune liste ne semble prendre de l’avance, sauf si bien entendu, dit-on, les scrutin est pris en otage par le système des quotas.. Intellectuels et universitaires pour les uns, hommes d’affaires et entrepreneurs pour les autres, les électeurs auront l’embarras du choix. 

Si pour le FLN le choix s’est porté sur un médecin ayant bonne réputation sur la scène constantinoise, son alter égo, le RND, a jeté son dévolu sur le député sortant, un entrepreneur. Même stratégie opérée par la coalition islamiste « Ennahdha-Bina-Adala « où le numéro deux du parti de Djaballah , un député sortant, portera les couleurs du trio islamiste.

Le FFS ne pouvait rater l’aubaine de mettre en tête de liste son secrétaire national, enfant de la ville de Benbadis. Les autres partis n’ont pas pour autant manqué de faire des choix qui, de l’avis de politiciens, sont loin d’être de simples lièvres et ont autant de chance que ceux choisis par les partis dits de gros calibre.

14 listes devront être affichées à partir de dimanche sur les panneaux placés pour la circonstance à travers les 12 communes de la wilaya sur les 15 ayant postulé au niveau du bureau des élections de la Drag. Seul le parti de Amar Ghoul est passé à la trappe pour manque de signatures. 210 centres de vote et 1 285 bureaux ont été aménagés à travers la wilaya. Le corps électoral est estimé à 576 173 électeurs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email