-- -- -- / -- -- --
Nationale

87 affaires de cybercriminalité traitées jusqu’à mai

87 affaires de cybercriminalité traitées jusqu’à mai

La gendarmerie a traité 87 affaires liées à la cybercriminalité jusqu’à mai 2015, sur tout le territoire national. C’est ce qu’a indiqué hier à Alger le capitaine Deramchia Farid, enquêteur au centre de prévention et de lutte contre la cybercriminalité de la gendarmerie nationale.

La hausse du volume des affaires liées à la cybercriminalité, notamment celles liées au chantage exercé sur les jeunes filles concernant la publication de leurs photos sur le net, dénote la prise de conscience des citoyens qui n’ont désormais plus peur de déposer plainte au niveau des services de sécurité.

Quand un mineur fait l’objet de chantage via internet, il doit être accompagné de son tuteur pour déposer plainte, a-t-il ajouté précisant que « le projet de loi qui sera présenté au parlement prévoit des mesures spéciales dispensant le père d’assister aux audiences lors de l’enquête liée à son enfant (dans des affaires sensibles) en le remplaçant par un délégué relevant du service de l’action sociale ».

Une fois le projet de loi adopté par le parlement, le mineur sera en mesure de déposer plainte « sans aviser son tuteur » ce qui encouragera cette catégorie de jeunes à déposer plainte sans avoir peur du scandale, selon le capitaine Deramchia.

Il a souligné par ailleurs que ses services avaient mis un terme récemment à une activité criminelle perpétrée par une bande spécialisée dans la photographie de femmes et de jeunes filles dans les salles des fêtes à Bejaia. M. Deramchia a précisé dans ce cadre que cette bande utilisait des jeunes filles qui se faufilaient dans les salles des fêtes pour photographier les femmes et les jeunes filles afin d’exercer sur elles un chantage en les menaçant de publier leurs photos sur les sites sociaux.

Concernant les crimes électroniques liés à l’exploitation des enfants, l’enquête à révéler l’existence « d’échange de photos pédopornographiques ». Recemment, la gendarmerie nationale avait dévoilé Le premier bilan mensuel sur l’exploitation du site Internet dédié aux préplaintes.

Les Algériens ont, pour la première fois, utilisé l’Internet pour déposer des plaintes et fournir des renseignements aux gendarmes, et ce dans le cadre de la lutte contre le crime organisé. Depuis le lancement officiel de son nouveau service de préplainte, le 6 avril dernier sur le site web http://ppgn.mdn.dz, la Gendarmerie nationale a enregistré 779 affaires, dont 278 préplaintes et 501 renseignements, parvenus de citoyens sur l’ensemble du territoire national.

Ces affaires concernent la corruption, la drogue, la cybercriminalité, le terrorisme, les atteintes à la pudeur, les agressions, les vols et les conflits entre citoyens. Ce site internet est consulté par de nombreux Algériens, selon la gendarmerie.

Désormais, le citoyen a la possibilité de dénoncer les criminels en alertant, en temps réel et sans avoir à s’identifier, les gendarmes via Internet. Il a également la possibilité de déposer une plainte contre une partie ou une personne via Internet. Selon la Gendarmerie nationale, la préplainte sur Internet vise, tout d’abord, à améliorer le service public, et ce dans le souci de consolider les actions de proximité en faveur du citoyen.

Le commandement de la Gendarmerie nationale a déjà mis en place un site internet pour la réception des préplaintes et renseignements des citoyens à travers les 48 wilayas. Tout citoyen algérien a le droit de porter une plainte sur Internet quel que soit le lieu de sa résidence, comme il peut dénoncer des criminels là où ils sont en activité.

L’exploitation des préplaintes reçues par les gendarmes a permis aux différents groupements territoriaux de la Gendarmerie nationale de transmettre près d’une centaine de messages aux citoyens pour leur fixer rendez-vous afin de valider leurs doléances.

Ces citoyens se sont déplacés aux unités, conformément aux rendez-vous, et des P.-V. y ont été signés. Pour rappel, le citoyen a un délai de 30 jours pour se déplacer à la brigade. Une fois expirée, la plainte est annulée. Seuls cinq préplaintes n’ont pas été validées, les citoyens ayant changé d’avis. Les autres préplaintes sont en cours d’exploitation. Par ailleurs, les informations liées à la sécurité publique ont été prises en considération et exploitées.

L’exploitation de ces renseignements a abouti à des résultats positifs sur le terrain, notamment des affaires liées à la consommation et à la commercialisation de drogue au niveau de Guelma et de Bouira. Elles ont permis aussi d’interpeller des suspects en flagrant délit et de résoudre une autre affaire liée au vol de cheptels au niveau de Tizi Ouzou dont le suspect principal est toujours en fuite.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email