-- -- -- / -- -- --
Monde

Perquisition du domicile de Donald Trump à Florida

Perquisition du domicile de Donald Trump à Florida

Les enquêtes se multiplient à l’encontre de l’ancien locataire de la Maison Blanche Donald Trump. Mar-a-Lago, la célèbre résidence en Floride de Donald Trump, a été perquisitionnée lundi 8 août par le FBI, a-t-il lui-même annoncé dans un communiqué.

“Ils ont même forcé mon coffre-fort !” s’est indigné Donald Trump, qui ne se trouvait pas sur place au moment de la perquisition, selon le New York Times. Le FBI n’a pas confirmé la perquisition ni souhaité faire de commentaire.

Selon plusieurs médias américains, la perquisition menée lundi soir par la police fédérale concerne l’archivage par Donald Trump des documents liés à sa présidence. Une loi de 1978 oblige tout président américain à transmettre, à la fin de son mandat, l’ensemble de ses e-mails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales américaines, chargées de les conserver. Or, l’ancien président avait emporté, lors de son départ de la Maison Blanche en janvier 2021, quinze cartons de documents, que des agents des Archives avaient dû récupérer en janvier, déjà à Mar-a-Lago.

Donald Trump a gardé le silence ce mercredi face à la procureure générale de New York qui l’auditionnait sous serment pour des soupçons de fraudes financières au sein de son groupe Trump Organization, en pleine tempête politique après une perquisition spectaculaire du FBI chez lui en Floride.

L’ancien président des États-Unis est visé depuis 2019, avec deux de ses enfants Ivanka et Donald Jr, par une enquête au civil de la plus haute magistrate de l’État de New York, Letitia James.

Il a été entendu dans le bureau de Mme James dans la matinée à Manhattan, mais a invoqué le fameux 5e amendement de la Constitution américaine, qui autorise à ne pas témoigner contre soi-même. En 2016, il avait pourtant critiqué l’utilisation de ce cinquième amendement, comme le rappelle la chaîne parlementaire américaine C-SPAN.

En février, le Washington Post, qui citait des sources internes, évoquait notamment plusieurs pistes sur le contenu des cartons récupérés. Parmi elles figurerait notamment la lettre que Barack Obama, son prédécesseur, lui avait laissée sur le bureau de la Maison Blanche, lors de la passation de pouvoir, ou encore des lettres échangées avec Kim Jong-un, le dirigeant nord-coréen.

La police fédérale a demandé à la justice américaine d’ouvrir une enquête sur ces faits, qui n’ont pour l’instant donné lieu à aucune poursuite. Ni le FBI ni la justice n’ont donné d’indication sur les raisons de la perquisition de lundi.

La commission d’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole, formée de sept démocrates et de deux républicains, a récemment montré l’étendue des pressions que Donald Trump a exercées sur des responsables électoraux après la présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Les membres de la commission ont bouclé le 22 juillet une série d’auditions très médiatisées en consacrant deux heures et demie au 6 janvier 2021, jour de l’assaut, tel qu’il a été vécu “minute par minute” par Donald Trump. Selon les élus de la Chambre des représentants, l’ex-président des Etats-Unis a failli à “son devoir de commandant en chef” ce jour-là, en permettant le déferlement de violences de ses partisans.

L’élu républicain a ouvert les vannes “au désordre et à la corruption”, a déclaré Bennie Thompson, qui présidait la commission de la Chambre des représentants en charge de ces investigations, le 22 juillet. Chaque responsable des événements du 6 janvier 2021 devra “répondre de [ses] actes devant la justice”, a-t-il ajouté. De nouvelles auditions auront lieu en septembre. Un rapport final est attendu à l’automne.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email