-- -- -- / -- -- --
Nationale

700 000 radiations des listes électorales en septembre

700 000 radiations des listes électorales en septembre

Le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a annoncé qu’une période de révision annuelle des listes électorales aura lieu de lundi prochain au 31 octobre afin d’assainir davantage le fichier électoral national.

Tous les citoyens non-inscrits, âgés de 18 ans révolus le 31 décembre 2017, sont invités à demander leur inscription sur la liste électorale de leur commune de résidence. Cette demande doit être appuyée par la présentation de deux documents, l’un justifiant l’identité et l’autre la résidence. Les bureaux chargés des élections au niveau des communes sont ouverts tous les jours de la semaine, à l’exception de vendredi.

Il faut souligner que les électeurs ayant changé de résidence doivent se rapprocher de leur nouvelle commune de résidence qui prendra en charge la procédure de radiation et d’inscription.

Rappelons que le ministère de l’Intérieur avait procédé, pendant quinze jours, à une révision exceptionnelle des listes électorales à partir du 30 août dernier jusqu’à la mi- septembre, et ce, dès la convocation du corps électoral par le président de la République pour les élections communales et de wilaya, prévues le 23 novembre prochain.

Selon des données officielles, cette révision exceptionnelle avait permis l’enregistrement de près de 700 000 nouveaux inscrits, dont la grande majorité ont atteint l’âge mais n’ont jamais été inscrit, alors que plus de 200 000 ont changé de résidence

Cette opération d’assainissement des fichiers électoraux a permis également la radiation de 360 000 personnes, dont plusieurs dizaines de milliers pour décès et plus d’un tiers pour cumul d’inscription. Sur ce point, il faudra également attendre l’expiration des délais des recours administratifs et judiciaires pour connaître les listes définitives.

Il faut dire que le fichier électoral a toujours constitué le cheval de bataille des partis politiques. L’opposition a toujours pensé que ce fichier était un puissant « instrument de fraude « pour le pouvoir, qui en a usé et abusé dans toutes les élections, présidentielles, législatives et locales. 

Dans ce contexte, même les experts de l’Union européenne qui sont venus en tant qu’observateurs des dernières législatives du 4 mai ont mentionné dans leur rapport final que le fichier électoral national n’est pas accessible aux partis politiques et aux candidats.

Or, il semble bien qu’avec la radiation de plus de 700 000 personnes de ce fichier, grâce à la révision des listes électorales, les autorités publiques ont voulu jouer à fond la carte de la transparence et de la loyauté envers tous les acteurs des joutes électorales.

La Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) aura été un catalyseur de ces changements, dont la finalité est d’aller vers un scrutin libre, honnête et démocratique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email