-- -- -- / -- -- --
Nationale

5+5 : Un plan pour l’enseignement et la formation

5+5 : Un plan pour l’enseignement et la formation

Lors de leur rencontre à la fin d’octobre à Marseille, les ministres de l’Education, de l’Enseignement et de la Formation professionnels des pays du bassin méditerranéen « 5+5 » ont adopté une déclaration prévoyant un plan d’action concret en matière d’enseignement et de formation professionnels.

Sa mise en œuvre vise à favoriser la mobilité et à améliorer la comparabilité des systèmes, en créant un cadre euroméditerranéen des compétences qui devrait permettre d’accroître l’employabilité des jeunes du pourtour méditerranéen.

Ce plan d’action s’articule autour de 3 objectifs prioritaires fixés par les pays membres, pour améliorer l’employabilité des jeunes et réduire le chômage. Le premier objectif est de développer la qualité et l’attractivité de l’enseignement et de la formation professionnels par l’aide à l’orientation scolaire et professionnelle, ainsi que l’accès aux formations professionnelles pour les filles et les garçons, la réduction du décrochage des jeunes en formation initiale.

Le deuxième objectif fixé est de sécuriser et de rendre plus fluides les parcours de formation des jeunes par des passerelles entre les différentes composantes du système de l’éducation et de la formation, le soutien à la mobilité des jeunes, la comparabilité des systèmes nationaux et l’instauration d’une démarche partagée d’assurance qualité et, enfin, par la mise en valeur de l’apprentissage tout au long de la vie et la validation des acquis de l’expérience.

Comme troisième objectif, les participants à la réunion ont convenu de « mieux prendre en compte les besoins des entreprises dans l’enseignement et la formation professionnels par une concertation renforcée entre les partenaires éducatifs et économiques », expliquent-ils dans un communiqué.

Pour y parvenir, les ministres décident d’identifier des secteurs professionnels prioritaires (maintenance automobile et aéronautique, mécanique, mécatronique, métiers du numérique, BTP, tourisme, hôtellerie, restauration, transports, énergie et industries extractives, agriculture et agroalimentaire, environnement et développement durable, métiers de la mer).

Ils se fixent également des niveaux de qualifications prioritaires qui correspondent aux niveaux référencés 3, 4 et 5 dans le cadre des certifications adoptées par les pays européens du 5+5, explique-t-ils. Sur la base de ces deux priorités, afin de permettre la reconnaissance de ces blocs par l’ensemble des pays du 5+5, l’objectif est de procéder à « la définition de blocs de compétences professionnelles communs, facilitant la comparabilité des systèmes, intégrables dans les certifications professionnelles nationales, et dont l’acquisition se fera dans le respect des modalités de formation propres à chaque système national d’enseignement et de formation professionnels ».

Pour parvenir à leurs trois objectifs, les ministres arrêtent un plan d’action comprenant dix axes prioritaires, dont celui de mettre sur pied un groupe de suivi. 

Il convient de noter qu’il est prévu la tenue d’une conférence dans un pays du « 5+5 » au courant 2015 pour que le groupe de suivi fasse part de l’avancée de ses travaux. Cette conférence constituera un forum de réflexion, de concertation, d’échange et de proposition d’actions devant servir les intérêts communs des 10 pays membres. Une autre réunion des ministres en charge de l’Education, de l’Enseignement et de la Formation professionnels « 5+5 » sera organisée en Mauritanie en 2016.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email