-- -- -- / -- -- --
Nationale

50e marche des étudiants: Une mobilisation et des slogans

50e marche des étudiants:  Une mobilisation et des slogans

Le mouvement de contestation des étudiants se poursuit sous le même signe pour un changement  qui réponderait aux aspirations populaires exprimées depuis le 22 février 2019.
En ce mardi 4 février la foule a été nombreuse regroupant comme à l’accoutumée diverses franges sociales dans laquelle les étudiants sont devenus minoritaires.
Ainsi, les contestataires ont dénoncé la politique de « l’improvisation » et du populisme des autorités à la recherche, selon eux, d’une légitimité à n’importe quel prix ». 
Les décisions politiques, économiques et judiciaires prises par les pouvoirs publics figurent parmi les réalités décriées par les hirakistes, qui n’hésitent pas à mettre à jour leurs revendications en se basant sur un principe de fond : la rupture avec l’ancien ordre et les pratiques héritées de l’époque de « la 3issaba ».
Les manifestants usent de différents slogans pour exprimer leur mécontentement et le rejet des politiques en place, telles les pancartes « Halte à la répression judiciaire », « pas de dialogue ni négociations, libération des détenus d’abord, puis des médias ! », « nous allons construire ‘’une nouvelle Algérie’’.
Les slogans écrits et parfois scandés sont évocateurs : « arrestations, fausses promesses, justice du téléphone, recyclage du système… », « encore une fois le pouvoir a raté sa sortie, avec le retour de l’ancien système », « les médias sont fermés, les jugements de la justice sont dictés d’en haut et la voix des libres est étranglée, où sont les promesses ? », lit-on sur quelques écriteaux. 
Les slogans clamés ne sont également pas des moindres de par leur sens « Etat civil pas militaire », « ô ya Ali wladek marahoumche habssine, ô ya Ali, 3la el-horya m3awline », (Ali vos enfants ne vont pas s’arrêter, Ali vos enfants veulent arracher la liberté), « koula el3issaba trouh ya hnaya yantouma », (nous avons dit que la bande doit partir), « la khoawf, la ro3b e-chara3 milk e-châab » (Pas de peur, pas de terreur, la rue appartient au peuple !). 
Sur la mobilisation de la 50e manif estudiantine, Mustapha, étudiant hirakiste, nous a déclaré que « les étudiants continuent à battre le pavé malgré la période des examens et les mesures administratives restrictives visant à leur interdire de participer aux manifs du mardi.
Ils sortent encore pour rejeter le gouvernement ‘’illégitime’’ et ses politiques ». « Les étudiants, estime-t-il, se sont démarqués des autres citoyens par leurs slogans au diapason de l’actualité nationale ou même internationale, ainsi que la précision de leurs revendications ». 
Par ailleurs, un autre hirakiste s’est indigné contre la mauvaise gestion qui a conduit nombre d’entreprises économiques à la faillite. « Ce qui se passe est honteux ! » s’écrie-t-il, avant de poursuivre :« Moi, je travaille à l’entreprise Tonic. Nos salaires sont bloqués depuis plus de quatre mois. L’Etat ne bouge pas le petit doigt et nous abandonne, livrés à nous-mêmes. Leur agissement (les dirigeants) affirme qu’ils font partie de la bande et ne vont pas apporter le changement auquel aspire le peuple. Marre de la 3issaba, je ne vais pas arrêter de sortir. » 
De même, les étudiants ont dénoncé la manière « inhumaine » avec laquelle la hirakiste « khalti Baya », une dame cancéreuse arrêtée vendredi dernier puis relâchée quelques heures après en pleine autoroute, à un endroit isolé, selon son témoignage. Un hommage appuyé a été rendu à cette dame qui a rejoint la 50e manif, soulignant ainsi sa fidélité et son engagement dans le Hirak.
Non sans réitérer un appel à la remise en liberté des détenus du Hirak, notamment leur camarade Nour El Houda Oggadi.
Le 50e mardi vient s’ajouter à un combat devant avoir le souffle long et surtout puiser sa force des quatre piliers du mouvement estudiantin, à savoir « Solidarité, pacifisme, conscience et unité ». Un mouvement qui tient bon et reste toujours optimiste et déterminé. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email