-- -- -- / -- -- --
Nationale

500 agents de sécurité arrêtés en trois mois

500 agents de sécurité arrêtés en trois mois

Impliqués dans des affaires de terrorisme, de trafic en tous genres (vente de cannabis, cambriolage et trafic de faux billets), des centaines d’agents de sécurité ont été arrêtés depuis le début de l’année 2016 suite à des enquêtes diligentées par la Gendarmerie nationale et la Sûreté nationale.

Plus de 500 agents de sécurité exerçant dans des entreprises publiques et privées ont été interpellés depuis le début de l’année dans le cadre de plusieurs affaires liées au crime organisé : trafic de drogue, soutien aux groupes armés, cambriolage d’usines, trafic de faux billets, vol de véhicules… Embauchés pour assurer la sécurité et la surveillance des lieux de travail, ces agents ont trouvé des failles pour commettre leurs méfaits.

Il y a trois jours, quatre agents de sécurité de la SNTA, à Oran, ont été appréhendés par les gendarmes d’El-Kerma pour le vol de 9 000 cartouches de cigarettes. Ils avaient élaboré un plan avec la complicité de deux employés de la société. Les quatre agents de sécurité de la société de gardiennage SGS, en activité au siège de la SNTA, ont été traduits devant le tribunal d’Es-Senia pour association de malfaiteurs et vol qualifié.

Un employé et deux agents de sécurité ont été écroués tandis que les trois autres ont été placés sous contrôle judiciaire. L’arrestation des six présumés coupables a eu lieu après que le directeur de la SNTA à El-Kerma s’est présenté à la brigade locale de la Gendarmerie nationale pour déclarer que le jour même (23 mars) à 8h15, lors d’une inspection à l’entrepôt de la société, il a constaté la disparition de 180 boîtes contenant 9 000 cartouches de cigarettes.

Les bandes d’enregistrement des caméras de surveillance ont permis l’interpellation des auteurs présumés, lesquels ont reconnu les faits.Des agents de sécurité spécialisés en vol de matériaux de construction

Le 28 février passé, les gendarmes de Chéraga ont réussi à démanteler un vaste réseau spécialisé dans le cambriolage d’usines de matériaux de construction dans l’Algérois. Ainsi, huit agents de sécurité âgés entre 24 et 50 ans ont été arrêtés suite à un cambriolage dans une usine à Ouled Fayet.

Les gendarmes ont récupéré plus de 67 tonnes de produits de travaux publics. Concernant la même affaire, ils ont arrêté dix-huit présumés voleurs répétitifs de matériaux de construction. Selon l’enquête, les agents de sécurité ont agi avec la complicité de dix employés de la société ainsi que de repris de justice.

Les malfaiteurs ont utilisé des chariots élévateurs pour charger les matériaux de construction avant de transporter la marchandise volée dans leur dépôt clandestin, non loin du lieu du cambriolage. Ils l’ont ensuite vendue au marché noir, du fait de la pénurie en matériaux de construction.

Par ailleurs, le 27 février dernier, les gendarmes de la brigade d’El-Hadjar ont présenté au procureur de la République les nommés D. K., 40 ans, agent de sécurité au complexe sidérurgique de Sidi Amar et B. A., 31 ans, tous deux demeurant au centre-ville d’El-Hadjar, pour association de malfaiteurs, vol qualifié et destruction volontaire, de biens de l’Etat, le tout au préjudice dudit complexe. Ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Des citoyens demeurant à proximité du complexe sidérurgique de Sidi-Amar ont informé par téléphone la brigade de la GN qu’ils avaient surpris deux individus (l’agent de sécurité et son acolyte) en train de voler des câbles électriques sur la voie ferrée de la gare ferroviaire ouest dudit complexe.

Ils ont ajouté que ceux-ci avaient réussi à s’enfuir à bord de deux camionnettes vers une forêt mitoyenne. Les gendarmes se sont aussitôt déplacés sur les lieux, où ils ont récupéré une tenaille et 120 mètres de câbles sectionnés par les malfaiteurs. Poursuivant leurs investigations, ils ont récupéré les deux camionnettes utilisées puis abandonnées, et réussi à interpeller les deux mis en cause.

L’agent qui proposait de la drogue aux clients de l’hôtel d’Oran

Les méthodes de crime utilisées par les agents de sécurité sont différentes. Après le trafic de faux billets et celui des voitures, certains ont trouvé dans le trafic de cannabis un moyen de se faire de l’argent rapide et facile.

C’est le cas d’un agent de sécurité d’un hôtel à Aïn Turck (wilaya d’Oran), qui a longtemps fourni de la drogue à certains clients de l’hôtel.

La livraison se faisait dans les chambres. Agissant sur renseignements, et en vertu d’un mandat de perquisition, les gendarmes de la brigade de Aïn Turck ont interpellé l’agent de sécurité, R. A., 27 ans, et saisi dans sa chambre à l’hôtel même, du kif traité et 135 500 DA, revenu de la vente des stupéfiants.

Des agents de sécurité membres de l’ex-AIS

Le 8 septembre 2015, six repentis de l’ex-AIS, dont deux travaillaient comme agents de sécurité dans deux entreprises publiques à Jijel, ont été arrêtés avec des armes automatiques, lors d’une opération antiterroriste menée par la Gendarmerie nationale.

Le démantèlement de cette cellule a permis d’éviter le pire. En effet, les six repentis, dont les deux agents de sécurité, âgés entre 40 et 54 ans, sont d’anciens membres de l’ex-AIS. Après avoir bénéficié de la loi de la réconciliation nationale, les six repentis ont eu l’opportunité de se réinsérer dans la société. Ce fut le cas pour les deux ayant été embauchés comme agents de sécurité dans des entreprises publiques.

Ces deux hommes ont été contactés par quatre de leurs acolytes pour réorganiser une cellule clandestine en vue de perpétrer à nouveau des attentats dans la wilaya de Jijel. Fort heureusement, la vigilance des gendarmes a payé. Suite à des renseignements et aux investigations, ils ont réussi à récupérer un lot d’armes détenu par les repentis.

La première perquisition, en août 2015, a permis aux gendarmes de saisir des armes de type Seminov, des fusils de chasse ainsi que des explosifs. Les terroristes repentis sont H. R., (48 ans), B. S., (54 ans), F. S., (44 ans) (agent de sécurité), A. F., (43 ans) K. S., (53 ans), et L. T., (40 ans) (agent de sécurité). Pour rappel, l’enquête a commencé le 26 août dernier.

Les investigations des gendarmes suite à l’élimination de deux terroristes à la cité Ouled Souissi, commune de Taher, et la récupération de deux armes, ont conduit à l’interpellation de trois des repentis en activité clandestine. Il s’est avéré que ces derniers étaient en train de former un groupe armé en vue de la préparation d’embuscades et d’attentats visant les forces de sécurité et les édifices sécuritaires de ladite wilaya.

Suite à l’intensification des investigations, les gendarmes se sont déplacés à la commune d’El-Milia, où ils ont récupéré dans un champ agricole, à 200 mètres du domicile parental de l’un d’eux, un sac renfermant un fusil semi-automatique Seminov et un lot de cartouches, alors qu’un quatrième terroriste repenti, originaire de Taher, a été interpellé après avoir été dénoncé.

En vertu d’un mandat de perquisition, les gendarmes ont interpellé un cinquième terroriste et saisi, dans son domicile à El-Milia, un fusil semi-automatique Seminov, deux fusils de chasse, un lot important de cartouches et un appareil de bourrage de cartouches.

Après identification, il s’est avéré que le fusil semi-automatique avait été dérobé en 1996, lors d’une embuscade tendue par un groupe terroriste aux gardes communaux de la wilaya de Jijel. Poursuivant leurs investigations, les gendarmes ont pu interpeller le sixième mis en cause et saisi deux fusils de chasse dans son domicile.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email