-- -- -- / -- -- --
Culture

5 pièces en chantier

5 pièces en chantier

La résidence d’écriture théâtrale et de création, initiée par le département artistique du Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi sous la direction du dramaturge Ziani-Cherif Ayad, sera entamée, le samedi 30 avril à Alger, avec cinq auteurs.

Après l’appel à projet (date d’expiration : 15 avril dernier) au niveau national, le jury de parrains de la première résidence d’écriture théâtrale et de création – Paroles en scène – a choisi comme initialement prévu cinq lauréats.

Le séjour à Alger, au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi, durera jusqu’au vendredi 20 mai. Dans le communiqué parvenu à notre rédaction, l’organisateur a précisé que cette sélection est effectuée, après l’examen des dossiers des candidats et de l’audition de dix présélectionnés.

Les cinq auteurs seront ainsi admis à cette première résidence du genre en fonction de critères particuliers : originalité du dossier, possibilités d’ouverture, singularité de l’idée et des dialogues.

Aussi, le choix des textes est-il inhérent aux langues exercées en Algérie, c’est-à-dire l’arabe littéraire, l’arabe dialectal, le tamazight et le français. Chaque auteur aura la possibilité durant le stage de développer son texte dramatique au niveau rédactionnel. Il suivra tout le processus de production en deux phases, soit l’élaboration de sa pièce à sa réalisation scénique avec des metteurs en scène et des comédiens professionnels. Auparavant, l’organisateur a communiqué avoir reçu trente textes.

Ils ont émané pour la plupart de professionnels du 4e Art. Le jury de parrains de ce projet : le dramaturge Arezki Mellal, le metteur en scène Ahmed Khoudi et le musicologue Noureddine Saoudi sous la houlette de Ziani-Cherif Ayad, a alors observé que « la grande majorité des candidats est diplômée de l’université et que beaucoup ont déjà écrit des textes ou fait partie d’une troupe de théâtre d’amateurs ». Par conséquent, le contenu de la résidence Parole en scène ne peut être que qualitatif.

Il a également noté que les sujets traités ont un caractère social, politique et la passion amoureuse n’est pas exclue non plus. Les genres vont du comique au tragicomique et à la tragédie, non sans référents aux éléments de la culture populaire. Leurs auteurs respectifs ont un profil d’écrivain confirmé, sinon dix postulants sont sortants du département de théâtre de l’université d’Oran et de l’Institut supérieur des métiers des arts du spectacle (ISMAS).

Le jury a également pris de la candidature de six auteures-femmes, considérant que c’est intéressant même si cette proposition demeure « modeste (moins de 25%) en comparaison avec la participation masculine ». Dans ce sens, une seule femme fait partie des cinq participants à la résidence.

Au sujet des titres et des thèmes que ces derniers ont proposé, aucune indication n’est donnée par l’organisateur. A la fin de leur travail, ces auteurs attendront de savoir l’identité du producteur, ce sera le théâtre national et/ou l’un des théâtres régionaux.

Les cinq auteurs

1- Abdelbasset Tihemamine, comédien. Texte en arabe littéraire.
2- Abbassia Amiri, comédienne. Texte en arabe dialectal.
3- Mohamed Salah Karef, fonctionnaire. Texte en arabe littéraire et arabe dialectal.
4- Farid Yahou, fonctionnaire. Texte en tamazight.
5- Merad-Boudia Bachir, médecin. Texte en langue française.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email