-- -- -- / -- -- --
Digital Space

4G: Les résultats de l’appel d’offres seront connus le 23 mai

4G: Les résultats de l’appel d’offres seront connus le 23 mai

La ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Imane Houda Feraoun, a indiqué hier que les résultats de l’appel d’offres relatif à l’exploitation de la 4G « seront connus le 23 mai et les lauréats ne seront tenus à aucun plafonnement concernant la couverture ».

« Les lauréats de l’appel d’offres lancé en janvier disposeront de trois mois pour la commercialisation de ce service dont la mise en exploitation et prévue au plus tard pour le dernier trimestre de l’année en cours », a indiqué Mme Feraoun dans un entretien à l’APS.

« Contrairement à la 3G, aucun plafonnement n’est à prévoir pour ce qui est de la couverture 4G », a-t-elle ajouté, précisant que les opérateurs « auront la latitude de choisir le débit qui leur convient au prorata des moyens techniques et financiers dont ils disposent, avec pour seuil un taux de couverture de 10% dans les wilayas choisies durant les quatre premières années ».

« Cette formule a été adoptée pour permettre aux opérateurs d’assurer, en même temps, les communications GSM, la 3G et la 4G », a fait savoir la ministre.

Invitée à donner plus de précisions sur le fait que l’appel d’offres s’est limité aux trois opérateurs (Mobilis, Djezzy et Ooredoo), Mme Feraoun a rappelé que l’appel d’offres était ouvert à tous les opérateurs désireux d’investir dans cette technique, « mais aucun opérateur ne s’était manifesté à l’exception de ces trois opérateurs ».

Ce désintérêt, a ajouté la ministre, s’explique par le fait que l’opération ne « présente aucune efficacité économique pour un autre opérateur appelé à rivaliser avec des opérateurs présents sur le marché de la téléphonie mobile, et ce en un temps record en vue d’installer son réseau à travers tout le territoire national, une opération extrêmement coûteuse ».

A la question de savoir si le passage à la 4G était synonyme du succès de la 3G en Algérie, Mme Feraoun a souligné que « les chiffres parlent d’eux-mêmes et les trois opérateurs ont exprimé leur satisfaction en la matière. Ils ont même demandé à ce que soit accélérée la mise en œuvre de l’agenda relative à l’extension du réseau, sachant que ce dernier était tenu par un délai ».

Par ailleurs la ministre, qui évoquait les problèmes de couverture du réseau dans les régions frontalières où les citoyens sont contraints de recourir à un opérateur étranger pour effectuer des appels, a affirmé que l’Algérie « a engagé des négociations avec la Tunisie, lesquelles ont abouti à une coordination ayant permis le recours à une nouvelle technique qui sera mise en exploitation en avril », sans pour autant donner plus de détails.

Vu que les régions à faible densité de population ne sont pas rentables pour les opérateurs, le ministère a décidé de lancer le « Service universel », limité actuellement au secteur de la Poste, a annoncé la ministre, rappelant le lancement d’une opération pilote dans certaines régions des Hauts Plateaux et du Sud.

Un appel d’offres avait été lancé par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT), auquel les trois opérateurs avaient souscrit en vue de lancer ce service dans les régions choisies, l’opération devant faire l’objet d’évaluation vers la fin mai. Mme Feraoun a précisé que le recours à l’option du +Service universel+ s’inscrivait dans le cadre du « développement durable et la garantie du service public ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email